J’aime les gens fêlés, ils laissent passer la lumière

Les Fleurs du lac et Nelly

Ton bouquin, les fleurs du lac, en plus de plaider une cause souvent oubliée est un merveilleux voyage en Abyssinie. Je le trouve très réussi!

bravo Chris.

ce retour me touche. Forcément… Nelly connaît l’Éthiopie. Nous nous y sommes rencontrées : elle était ma prof d’espagnol…

Hasta luego chère Nelly…

What do you want to do ?

New mail

Petit rajout

Comme me l’a justement fait remarquer l’ami Henri (Girard), il n’est pas dans le premier texte ! Erreur corrigée, non mais des fois ! Avec deux ajouts supplémentaires, histoire de … ! On s’amuse comme on peut !

Vous ne trouvez pas le second ? Il a écrit le merveilleux « Mille raisons d’aimer Lilo

Tenir bon et écrire. Pour rêver, s’évader encore. No, poète à ses heures, voyageait ainsi. Fervente admiratrice de Pennac et de sa Disparition, elle avait d’écrire sans pronom personnel. Dans son texte, pourtant autobiographique… Un J rare mais elle s’en fichait. Tout ça pour briller… C’était cela, la langue à No, pleine d’entorses à la grammaire, mais… libre. La liberté de briller à sa façon, en suivant ses lois et non celles de Grévisse. Telle était sa devis(s)e !

What do you want to do ?

New mail