2019 s’achève…

 

2019 s’achève…

Quel bilan ?

Bien sûr, je pourrais me réjouir de cette année passée, laquelle m’a offert de très jolis moments, de très jolies rencontres et qui sera, à n’en pas douter, une année décisive pour moi.

Et pourtant, cette année a un goût amer.

Il est en effet difficile de se réjouir, à moins de faire preuve d’un égocentrisme éhonté, face à cette actualité, tant mondiale que nationale, qui fait froid dans le dos. On meurt, ici sous les bombes, là, de froid dans les rues, sous les coups d’un (ex) conjoint,  la planète entière est en train de frémir, on se noie pour échapper à la guerre…  Non, elle ne va pas bien notre planète. Et nous non plus. Toute cette colère et ce désarroi… Un reportage à la télé il y a quelques jours qui suivait des retraités (un couple de 80 ans) qui justement, ne pouvaient profiter de leur retraite et qui devaient se remettre au boulot et à côté de ça, une jeunesse qui cherche du travail et qui n’en trouve pas.

Ce n’est pas du misérabilisme, encore moins de la morale à deux balles. C’est le constat d’une mère qui aimerait bien que ses gamins aient un avenir sympa sur cette jolie Terre que chantait si bien Moustaki.

Parce qu’aujourd’hui… ce n’est pas « joli joli ».

 

0 réponses

Laisser un commentaire

Participez-vous à la discussion?
N'hésitez pas à contribuer!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *