C’est reparti …

Mon Kiki …

Ouf ! Je les ai, mes prochains personnages. Ils sont là, et bien là. je commence à les cerner. Chacun à sa place, la danse va pouvoir commencer. Quel bonheur, parce que, mine de rien, Le Cabanon jaune, cela fait longtemps qu’il est fini et De Vous à Moi aussi.

J’étais en attente. Plein d’idées mais pas l’Idée.

Et ça y est. C’est amusant, on me demandait dernièrement comment je « sentais » qu’un personnage allait « s’installer ». En fait, c’est un peu comme une rencontre. On se guette du coin de l’œil. Ou comme quand un oiseau vient se poser près de vous, ou un papillon. On n’ose pas respirer trop fort, de peur de l’ effaroucher ; de peur qu’il ne s’enfuie. On ne fait plus de bruit, pas de geste brusque non plus.

« S’il te plaît, apprivoise-moi » … qui apprivoise l’autre ? Le personnage ou son auteur ? Je ne sais pas encore.

Quand j’ai écrit La Dame de Fécamp, mon personnage central était Marin … jusqu’à ce que Julie Anne en décide autrement.

Même chose pour Le Cabanon jaune …

Bref, il ne faut jurer de rien … N’est-ce pas Monsieur Musset …

La parole est à Sema Kilickaya …

Il faut lire Le royaume sans racines … L’Être et la Langue, l’Être et le Verbe. Langue maternelle, langue de là-bas, langue d’ici. … À lire …

Rencontre …

[slideshow_deploy id=’5922′]

Nina Michel, notre Babouchka à la rencontre des plus jeunes. Deux heures d’échange, de partage aussi. Et cette envie de dire à mes élèves qui regarderont ce petit diaporama que je suis fière d’eux. Oui, ce fut une belle matinée.

Nina vous remercie pour ce joli bouquet et aussi pour toutes les pâtisseries apportées.

Merci aussi aux parents qui ont accepté que je poste ces images sur mon site.

 

De Vous à Moi …

C’est certainement compliqué d’être critique quand on connaît l’auteur, mais c’est aussi très angoissant d’être lue par des proches. Merci Pierre-Yves.

C’est compliqué de « critiquer » une oeuvre, quand on connaît l’auteur. A fortiori lorsque c’est une amie. Difficile d’être objectif. Par contre cela permet de témoigner de son authenticité : Christelle réussit à travers ce coup de gueule à mettre sur papier ses souffrances de mère pour les faire partager.

Avec concision et délicatesse. Sans impudeur ( sa plus grande crainte ), mais sans dissimuler non plus la profonde déchirure qui la ronge. Par petites touches : le récit est découpé en courtes anecdotes, qui rythment et induisent la réflexion.

Sans doute ce livre revêt-il un petit côté militant, car elle est bien consciente de s’exprimer au nom de ceux qui n’ont pas les mots, ni le style, le courage …
Mais elle y met aussi beaucoup d’humour et de poésie : On rit On pleure On hurle avec elle… en particulier dans son parcours d’obstacles contre l’absurdité des règlements administratifs

A noter que si le livre se termine sur une note d’espoir, le combat de Christelle et de tous les parents concernés est loin d’être terminé :https://auboutdemaplume.fr/monsieur-le-president/

Une critique de De Vous à Moi

Eh bien oui, la lecture de cette critique m’a « tourneboulée », « chamboulée », « larmaloeillisée ». Je prends, oh oui je prends mille fois …

 

Il était une fois une petite fille qui fit trempette dans un encrier magique. Elle en ressortit, plume en verve et verbe affuté, imprégnée pour la vie. La lecture et l’écriture devinrent ses amies, les mots ses jouets.
La voici tenant un blog, écrivant une chronique, la voilà achevant un recueil de poèmes, un roman, en imaginant un autre. C’est également elle qui prête sa plume pour conter la vie des autres, car l’insaisissable Christelle sait prodiguer aide et attention, pour le plaisir du partage.
J’ai lu tous ses ouvrages, notamment son dernier roman « Une sonate et la dame de Fécamp », paru aux éditions de la Lieutenance. Un très bon moment d’humanité. Déjà.

Mais là, « De vous à moi », c’est différent, c’est autre chose ! Nous ne sommes plus dans le roman mais dans la vraie vie… Et celle-ci n’a pas toujours été clémente pour Christelle. Un petit garçon disparu très tôt, puis une « princesse baroque », une enfant « différente » comme on dit.
Comment écrire tout ça ? Exprimer l’indicible ? Sans plonger dans le pathos, sans verser dans les lamentations, sans manifester d’aigreur, sans donner de leçon, sans se plaindre…
Je ne sais pas comment Christelle Angano s’y est prise. Encore un de ses tours de magie, peut-être. Toujours est-il que, de petite touche en petite touche, de grains de mots en grains de mots, d’allusion en allusion, d’image en image, elle nous coupe le souffle par sa paisible puissance d’évocation. Pas de rancœur mais du cœur…
Du désespoir, quand il est décrit de manière lumineuse, peut jaillir des aurores.
Et, si l’auteure a versé des larmes, qu’elle sache qu’avec ce livre, aujourd’hui, elle n’est pas la seule. Mais ce sont autant des larmes de peine que de paix. Des larmes bienfaisantes.
Et nous nous rassemblerons sous la bannière de l’espoir sur laquelle Christelle Angano a écrit :
« Courage, vivons ! »

 

Henri Girard

De Vous à Moi

Merci à toi, Christelle, de nous obliger à regarder ceux et celles que nous ne voulons pas regarder. De Vous à Moi …  Un livre coup de poing sur le handicap.

Sema Kilickaya, auteure.

De Vous à moi

« Ton livre m’a ouvert les yeux sur le handicap et j’admire ta force de caractère, ton humour et ton écriture… »

Christian

Juste vous dire, vous pouvez dorénavant télécharger la version ebook de De Vous à Moi en allant sur le site de La Rémanence.

Merci Christian …

Et pourquoi pas …

Je voulais absolument inviter sur ce site l’artiste Laurence Goldschmidt et vous présenter son site que je vous engage à visiter.

J’ai dédicacé mes livres entourée de ses toiles, c’était à Mondeville, à l’occasion de la semaine « Talents Aiguilles ».

Et j’ai été séduite, totalement. Des formes rondes, généreuses et ô combien sensuelles ; des courbes, des pleins … De l’humour aussi, beaucoup.

Bref, bienvenue à vous Laurence, et il n’est pas dit que je ne fasse pas un détour par chez vous la prochaine fois que j’irai me promener vers Coutainville.

Quant à vous, chers « visiteurs », n’hésitez pas à cliquer : Et pourquoi pas … 

Projet …

Je la tiens …

Oui, je la tiens ma prochaine idée. Je vous pouvoir de nouveau « chevaucher mon stylo », drôle d’expression n’est-ce pas ! Quoique … Parfois, écrire relève pour moi du rodéo. J’en ressors épuisée et brisée. Étonnée et comblée aussi.

Alors, voilà … Je vous ai livré De Vous à Moi, Le cabanon jaune est achevé ; il est temps pour moi de reprendre la route.

Et je suis impatiente. Parce que oui, ce prochain roman m’emmènera en Éthiopie. Cela faisait si longtemps que j’attendais ce moment.