Solidarité

Il n’existe pas d’autre voie vers la solidarité humaine que la recherche et le respect de la dignité individuelle ».

 

Pierre Lecomte Du Noüy

Les Intouchables

la première image concerne la pédophilie au Vatican. La seconde aux abus sexuels pédophiles en Thaïlande, et le troisième concerne la guerre en Syrie. La quatrième image concerne le trafic d’organes sur le marché noir, où la plupart des victimes d’enfants des pays pauvres, le cinquième concerne le libre accès aux armes aux États-Unis. Et enfin, la sixième image se réfère à l’obésité, en accusant les grandes compagnies de fast-Food.
La nouvelle série produite par l’artiste cubain Erik Ravello intitulée « les intouchables », ce sont des photographies d’enfants crucifiés par leurs oppresseurs, chacun pour une raison différente et un message clair, cherche à réaffirmer le droit des enfants à être protégés en particulier dans les pays Comme le Brésil, la Syrie, la Thaïlande, les États-Unis et le Japon « .

 

Les cafés joyeux

Honnêtement, je n’arrive pas à me « réjouir »… Si notre société était réellement inclusive, nous n’aurions pas à créer ce genre d’établissement. Alors bravo à ceux qui ont créé cela mais pointons du doigt une société qui nous oblige à cela. Voilà.

Petit rappel…

Quel plaisir que cette soirée qui s’annonce. Soirée consacrée à l’amitié et à la lecture, dans un lieu tout à fait sympathique. Henri et moi vous y attendrons. Réservez votre soirée !


Le lac Tana

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Quelques nouvelles…

Les fleurs du lac Tana sont en cours de relecture. Moment un peu angoissant… S’efforcer de ne pas regarder sa messagerie toutes les heures, s’occuper l’esprit… S’interdire de modifier quoi que ce soit en attendant le retour aussi. Et puis, se préparer à lire ou entendre (voire les deux) les critiques, négatives (plus difficiles à lire que les positives ! Il faut bien l’avouer !).

Bref, ce n’est pas l’étape la plus simple.

 

 

Société des Auteurs de Normandie

Rejoindre la SAdN… Voilà c’est fait.

Et je suis contente !

Il y a des gens que j’aime à la SAdN !

 

L’Amarrée

Merveilleux Queneau

 


Des grands… Parents…

Quelque part, pas très loin tout au fond de mon cœur Tonton et Zazanne.

C’est un peu difficile pour moi de vous parler de mes grands-parents.

Suzanne est née en 1923, près de Saint Gatien des bois. Et je l’ai perdue, il n’y a pas très longtemps. Heureusement, j’ai eu le temps de caresser ses blancs cheveux, de lui chanter La mer de Charles Trenet, une fois, deux fois. De lui dire enfin qu’elle était la femme de ma vie.

Il faut vous dire qu’elle m’a élevée, avec Raymond. J’ai pu grandir, au creux de leur amour, dans leur pavillon de Saint Gatien des Bois. D’ailleurs, c’est moi qui les ai surnommés ainsi. Tonton et Zazanne. J’étais toute petite et elle se levait le matin, pour me faire mon chocolat. Parfois, souvent, pour me faire plaisir, elle me préparait son merveilleux riz au lait. Je n’en ai jamais mangé de meilleur. Je ne veux plus en manger.

L’hiver, elle tricotait mes pulls (tu vas me prendre froid !) l’été, elle crochetait mes robes. Mon grand-père aussi tricotait, et j’ai encore, dans mon armoire, ces vêtements sacrés. Parfois, je le caresse ce dernier pull rouge torsadé que tu as tricoté de tes mains déjà douloureuses, pour mon entrée à l’Université.

Petit à petit, avec les années, ma grand-mère est devenue mon amie, ma complice, et certainement un modèle. Elle m’apprenait à grandir, à devenir femme, mère, et enfin…. À vieillir. Et je me sens un peu seule aujourd’hui, forcément. Qui m’apprendra la suite, maintenant que tu n’es plus là ?

Lire la suite