Comme là-bas…

Les fleurs du lac lu, avalé, j’ai adoré, bravo, je me suis retrouvée en Ethiopie, que c’était, que c’est bien !

Premier retour d’une amie de « là-bas », ma complice des années-lycée. Comme une frangine.

Anne, que ton retour me touche et me rassure aussi. Ton avis était important, tu t’en doutes…

Je t’embrasse.

Retour du GAMS

C’est avec plaisir que j’ai lu votre livre. Merci d’avoir remercié le GAMS. Il est dans les mains de Nafi FALL en ce moment. Les descriptions nous permettent d’être transportées dans le pays : sensations, couleurs atmosphères. Les personnages sont très intéressant et cette lutte vers la « dépose des couteaux » est abordée de façon réaliste.
Hélas dans chaque famille que nous recevons il y a cette mort qui plane ou qui a frappé.
Le saut générationnel pour s’engager dans la « reconstruction » est vraiment un point intéressant, la transmission fait son oeuvre entre les générations.
CHRISTELLE ANGANO a accordé sa confiance au GAMS Normandie. Elle nous a fait l’honneur de lire en première son ouvrage. Dans un style élégant nous voyageons en Ethiopie, les odeurs , atmosphères sont éprouvées dès les premières pages…mais très vite le terrible sujet qui nous occupe va venir noircir l’atmosphère…dans chaque famille la tradition a amené le désespoir bien plus fort que la honte de dire NON aux MSF

J’ai dévoré votre livre, à la fois puissant, tendre et poétique.J’étais pendant quelque instant là bas et je vous en remercie.
Ce que je voulais vous dire aussi. Ce que j’aime beaucoup c’est que ce sujet ô combien difficile , vous avez su l’aborder de façon ( excusez l’expression) légère et tendre.

Stéphanie

Ne vous excusez pas Stéphanie . Je comprends votre ressenti. j’ai beaucoup de tendresse pour ces personnages et énormément d’amour pour ce pays. Ce n’était pas un roman « à charge » mais un roman sur l’humain. Je crois que c’est ce que vous avez éprouvé, ressenti. Et j’en suis très heureuse. Merci pour cela.

Découvrons l’Éthiopie

Voici un diaporama que je réactualise avec des photos prises lors de nos promenades en Éthiopie. Bien sûr, elles commencent à dater, si l’on considère que j’ai quitté le pays en 1985. Mais je les trouve encore très belles.

Je vous présente celle qui m’a inspirée pour créer le personnage de Mebrat

Dans ce diaporama, vous rencontrez également Shoayé et sa sœur, Yared sur sa pirogue…

[slideshow_deploy id=’13357′]

Je suis entrée par magie dans ce petit village d Éthiopie et je suis devenue une des leurs.
J ai cheminé de chapitre en chapitre dans l’histoire jusqu’à sentir des odeurs que je ne connaissais pas. De mettre mes pas sur les traces des personnages.
Avec les mots écrits j ai créé des images.
J ai souffert avec elles, j ai crié ma révolte. Et j ai chanté, dansé, mangé l’injera assise au milieu d elles.

Quel merveilleux retour… Merci Aline. Vous avez parfaitement décrit ce que je qualifie de magie de l’écriture… Et je suis très émue.

Cri

Envie de partager avec vous ce cri du cœur, du corps, de l’âme… Bienvenue à Aline sur ce site.

 

NON, NON, il n’y a pas que les coups au corps qui blessent !

J’en connais de bien plus sournois, cachés dans des regards,

De petites phrases assassines et même des sourires de sous-entendus

Qui à la longue, tuent.

 

Ne laissez Rien au silence !

 

Ni la première gifle,

La main posée sur votre taille,

Ni le baiser que l’on ne veut pas,

Les insultes cybernétiques,

Ni les cris, avant la violence.

 

Ne laissez Rien au silence !

 

NON, NON, il n’y a pas que les coups au corps qui blessent !

Aline pour Nous Toutes 14