Parce qu’Antigone méritait un procès

Il y a, dans le métier de prof, des moments à part ; de vrais instants privilégiés. J’ai eu la chance d’en vivre un dernièrement, avec ma classe de 3°. Générosité et partage étaient au rendez-vous. Réflexion aussi.

Trois équipes pour présenter le procès d’Antigone … J’ai laissé mes élèves se débrouiller tout seuls. Et j’ai eu raison de leur faire confiance. Plaidoirie, réquisitoire… Un élève qui me fait remarquer que « ce n’est pas facile de demander la mort »…

Nous avions invité Henri Girard (déjà rencontré l’année passée lors du concours de nouvelles, à la Baronnie, des « retrouvailles » en quelque sorte). Mais là, c’était différent… Une autre dimension, une émotion palpable. Et une fierté immense. Je les ai vus fiers d’eux-mêmes. Un peu surpris d’avoir « sorti » ça. Et ça, c’est extraordinaire.  Ma fierté aussi de les avoir vus « grandir », j’en suis certains depuis trois ans.

Merci donc et BRAVO à :

Maya, Sacha, Zaccharie, Romain, Robin, Théo, Théo, Alyssia, Anouk, Pol, Laly, Clara, Lucien, Phanélia, Tom, Benjamin, Liah, Ianis,Nicolas, Ines, Oscar, Ewen et Kaan.

 


Les fleurs du lac et Nath…

Un combat de femmes et d’hommes pour faire changer les mentalités, le regard sur les autres. J’ai adoré partir ailleurs et découvrir ces personnages haut en couleur.

Nath

L’extrait du dimanche… 7

Les fleurs du lac et Olivier Bass

Ce qu’il y a de bien avec Christelle Angano, c’est qu’elle sait parler de sujets graves en gardant un certain sourire qui vous guide tout au long de ses livres. Sans juger. Avec bienveillance.
Homme ou femme, on entre dans la vie des personnages qui, par-delà la douleur et la peine, possèdent la force d’un optimisme contagieux. On ressort grandi d’un tel livre: grandi d’une belle histoire, grandi de terres africaines, grandi, surtout, par la noblesse d’un combat.

Olivier Bass

Michèle Verot, une âme en bleu…

[slideshow_deploy id=’13504′]

J’ai proposé à Michèle de nous présenter sa démarche… Bienvenue à toi sur ce site…

Sur un air de Trenet…

Quelques mots sur ma démarche artistique…

Elle se définit autour de quelques mots clés : les bleus, les horizons, la matière.

Mon inspiration me vient essentiellement de mes promenades méditatives près de la mer .

Je peins à l’acrylique sur toile et sur carton ondulé.

Parallèlement à ma pratique sur toile, depuis 1 en et demi, j’explore les possibilités de peinture et de création avec le carton ondulé.

Alors qu’il s’agit, au départ, d’un matériau pauvre et brut, il me plaît de rechercher comment l’on peut en faire quelque chose de riche, de créatif. Ou comment «  redonner de la valeur à du rien »

J’aime aussi l’idée d’entrer dans un processus de recyclage . Le carton ne se jette pas mais devient ainsi un objet d’art, et non plus un déchet. Lire la suite

Les fleurs du lac, sur Babelio

Les fleurs du lac est un roman délicat qui parle de l’excision, du poids des traditions et de la difficulté de les changer sans perdre nos spécificités , l’âme du peuple .
Tous les peuples sont attachés à leurs traditions mais parfois celles – ci doivent évoluer en douceur .
C’est ce que pense Mebrat , une jeune éthiopienne, elle veut changer les choses dans son village , elle va se heurter à ton le village et sans le vouloir séparer ses deux filles . Elle sera la première femme du village à refuser l’excision de sa seconde fille , elle refusera de remplacer sa belle – mère qui est l’exciseuse attitrée et qui va devoir arrêter après des années de travail .
Mebrat la courageuse va tenir bon , elle va même obtenir l’aide de son mari dans sa lutte , elle pense avec raison qu’il faut associer les hommes à ce combat .
Bien entendu ce combat n’est jamais terminé , il faut continuer chaque jour , ne jamais renoncer , se battre contre l’obscurantisme, les idées reçues .
Ce que j’ai particulièrement apprécié dans cette lecture c’est que l’auteur a une vision réaliste , juste de la situation .
L’Occident nous dit elle avec raison ne doit pas se contenter de condamner , l’Occident ne doit pas simplement juger .
J’ai vraiment aimé ce livre , l’écriture est très belle , lumineuse , j’ai été transportée dans ce petit village d’Ethiopie , je sens encore l’odeur du café .
Une très belle découverte que je recommande chaleureusement.
Décidément je suis ravie de ma rencontre avec NetGalley et ses belles possibilités de lecture .
Je remercie les éditions Rémanence .

Merci Mariech…

Photo Géraldine Dewez

Coup de cœur en bleu « Bergère d’Azur »

Cette fort belle toile, découverte hier sur FB.

Quelques renseignements, une rencontre ce matin et voilà.. J’ai craqué.

Et une rencontre avec une artiste que je reverrai certainement, Michèle Verot. Je vous la présenterai bientôt. En attendant, n’hésitez pas à aller à sa rencontre aux Jardifoliz, à Courseulles sur mer, les 25 et 26 mai prochains.

Bref, une belle journée