Nouvelles de Mennecy…

 

 

 

Quel plaisir d’apprendre que ma nouvelle « À table » fait partie des cinq lauréats pour le prix Jean-Jacques Robert de la nouvelle.

Et bravo aux quatre autres !

 

 

 

Les fleurs du lac à Deauville

Le samedi 14 décembre, je présenterai Les fleurs du lac à Deauville, au Pom’s, (3, avenue de la République). Invitée par l’association Nous Toutes 14, j’aurai le privilège de lire mes textes « le meilleur ami de la femme » (versions 1 et 2), nouvelles écrites pour l’occasion. À noter la très belle affiche, œuvre de la photographe Audrey Pasquet.

Depuis le mois de janvier, 141 femmes sont mortes sous les coups de leur conjoint ou de leur ex-conjoint…

 

 

Le texte de Lucy

Lucy est une élève de 5°. Elle vient de lire Gulliver. La consigne était de décrire des objets de tous les jours « comme si on était des lilliputiens ». Voici son texte. je précise qu’il n’y avait aucune erreur (orthographe, conjugaison, grammaire… RIEN)

Bienvenue à toi Lucy sur ce site, tu es une vraie « écrivain en herbe »

À l’aube, comme chaque jour, j’emmenai mon troupeau de chèvres brouter l’herbe des plaines sauvages.  Je marchais, suivi de mes bêtes, et écoutais le tintement régulier des cloches autour de leur cou quand je vis au loin, quelque chose qui me troubla.

Je crus d’abord qu’il s’agissait d’un arbre déraciné mais j’écartai bien vite cette hypothèse en remarquant que le long bâton couché n’avait ni racines, ni branches, ni feuillage. De plus, aucun orage assez fort pour faire tomber un arbre n’avait éclaté depuis ma dernière visite.

Je délaissai donc mes animaux pour m’ approcher de ce long bâton couché au sol. Il était semblable à un mât, mais il était d’une couleur inhabituelle, de la teinte des écailles des sirènes, créatures qui hantent les contes et les rêves, un beau bleu, légèrement vert. Une de ses extrémités, taillée en pointe, avait quant à elle, la teinte des rochers qui parsemaient les prairies verdoyantes. L’autre bout paraissait avoir été conçu dans une autre matière, aussi blanche que la neige.Une partie métallique reliait le pieu géant et la boule de neige qui ne fondait pas. Je pus également décoder une inscription gravée dans l’étrange bout de bois lisse : « HB ».

Lire la suite

À domicile…

Merci à la librairie Place 26, à Douvres,  de m’accueillir samedi prochain.

N’hésitez pas à venir nous rendre visite. Vous découvrirez un bel endroit, vous serez accueillis chaleureusement et… le chocolat est divin !

Les livres sont bien aussi ! Si, si…

Table ronde…

Ce fut un bien joli moment. Tellement émouvant pour moi. Comme la concrétisation d’une volonté, celle de rejoindre une cause et peut-être de me sentir « légitime ». Cette soirée-débat, table ronde autour des combats des femmes africaine fut un moment réellement extraordinaire. J’ai eu le bonheur de rencontrer des femmes admirables : Jacqueline Madeline, gynéco-obstréticienne retraitée, Présidente de l’Association Welcom Normandie, Adèle Marie-Claire, responsable de Femmes Inter Associations Normandie et enfin Nafissatou Fall, la directrice du Groupe pour l’Abolition des Mutilations Sexuelles (le GAMS). Trois femmes extraordinaires. Je les embrasse chaleureusement.

Nafissatou et moi étions en contact depuis quelques années et son regard sur Les fleurs du lac était très important pour moi. Nafissatou est une femme extraordinaire. Et une vraie rencontre. Je repense à mon amie Géraldine, à notre discussion, il y a quelques années de cela. Voilà Géraldine, nous avons « réussi ». Et merci de participer à cela en faisant lire ce roman à tes élèves. C’est extraordinaire et ô combien bouleversant ! Parce que nous ne le dirons jamais assez :  » les fleurs ne sont pas faites pour être coupées !  »

  

Enfin, c’est avec émotion que j’ai appris que Les fleurs du lac accompagnait le GAMS dans ses actions de prévention. J’en suis très fière.