Double hommage

Pour un adieu plein de tristesse

What do you want to do ?

New mail

Nouvel invité au bout de ma plume

Bienvenue à Didier Millotte dont j’aime énormément le travail. Vous pouvez découvrir son travail sur instagram https://www.instagram.com/didiermillotte

What do you want to do ?

New mail

What do you want to do ?

New mail

Quelque part à Conakry

Le street art au service de la pédagogie et de la santé ! Bravo ! Parce que l’Europe et l’Asie ne sont pas les seules concernées…

 

 

Ce diaporama nécessite JavaScript.

 

 

What do you want to do ?

New mail

J’adore !

Vision conférence…

Bon, faut que je prépare, j’ai une réunion !

 

What do you want to do ?

New mail

Ce que le confinement a changé…

dans ma vie…

What do you want to do ?

New mail

Pas mal de choses forcément et en même temps, rien du tout.
En fait cela me permet de me « reconnecter ». Oui, c’est ça. Me reconnecter (et le terme n’est pas anodin).
J’ai choisi de « positiver » cette période difficile. Attention, ne me faites pas dire ce que je n’ai pas dit. Je n’ai pas dit que c’était une aubaine !
J’en profite pour développer ma relation avec ma fille, par exemple. Confinement = ESAT fermé. J’avais quelques craintes, forcément. Une fois encore, la présence de Mélina impacte beaucoup sur ma façon d’être. Je suis en quelque sorte son « baromètre ». Je ne dois donc pas me laisser emporter par le stress.
J’ai dû revoir aussi ma façon de travailler. J’entends déjà celles et ceux qui disent « ah les profs sont encore en vacances du coup »… Eh bien sachez, mesdames et messieurs les grincheux, que vous ne savez pas de quoi vous parlez. En un weekend, je me suis formée au téléenseignement, à la visioconférence. Je développe des stratégies pour que es élèves gardent l’envie de… Que le contact perdure.
Et, dois-je l’avouer, j’adore ça. Mais ce qui apparaît et m’attriste, c’est que ces outils, si extraordinaires qu’ils soient, ont pour effet, une fois encore de « creuser » un fossé (non virtuel celui-là) entre mes élèves selon le »niveau social ». Alors, je téléphone à mes élèves « non connectés ». Mais tout de même. L’école n’est pas la même pour tout le monde. Et cela fait mal. Bien sûr, il y a aussi les familles qui « télétravaillent ». Et puis, quand il y a une fratrie, nous devons, nous enseignants, ne pas oublier que tous n’ont peut-être pas un ordinateur personnel. Bref, ce n’est pas simple quand on refuse un eseignement qui serait à deux vitesses.
Bien sûr, je me suis dit quelle « opportunité » pour démarrer un roman, pour finir aussi de travailler sur Clara. Là, je me trompais… pour le moment, j’ai un peu plus de difficultés en ce qui concerne l’inspiration. Mais cela va venir.
Avant, je pense à toutes celles et ceux qui sont confinés dans un petit espace, sans balcon, sans jardin… Je pense à celles et ceux, peut-être enfermés avec une personne violente, pour lesquel(le)s cette période est un enfer. je pense à celles et ceux qui viennent de perdre un être cher, ou qui vont en perdre un, et qui n’ont pas pu aller lui dire adieu. Je pense à celles et ceux qui sont malades, à mes copines qui devaient être opérées prochainement et dont l’intervention a été reportée ; elles doivent, elles, être rongées par le stress. Je pense bien sûr à tous les soignants qui sont sur le pied de guerre en ce moment.
Et surtout, surtout… Je refuse de céder à la mode actuelle : sombrer dans l’agressivité. Ce que je lis çà et là me fait frissonner. Non, je ne dénoncerai pas le gamin qui ose se balader ; non, je ne veux pas connaître l’identité des personnes infectées dans ma petite ville ; non, je ne dévaliserai pas les magasins… Non…
Par contre, Bravo aux artistes mais pas seulement, qui nous « offrent » leur talent : Renaud Capuçon qui nous régale, Lili Cros et Thierry Chazelle que j’aime tant, Fabrice Lucchini qui nous permet de redécouvrir La Fontaine, et j’en passe. Merci à vous…
A ce propos, je suis fière de contribuer à cela, grâce à mon éditrice. En effet, le cabanon jaune est téléchargeable gratuitement. J’aime cette idée que peut-être, il adoucira le confinement de quelqu’un.
je vous embrasse toutes et tous.
What do you want to do ?

New mail

Petit florilège du jour

 

What do you want to do ?

New mail

Hello tout le monde,
Pour celles et ceux qui ne me suivent pas sur FB, voici un petit florilège de ce que j’y ai trouvé et qui m’a fait rire. Pour les autres (coucou Karine), désolée pour la redite.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Vraiment, il y a du génie sur les réseaux…

What do you want to do ?

New mail

Souvenirs de vacances

Baptiste est en 5°. C’est la seconde fois que je l’invite au bout de ma plume…

Chaque été, j’attends avec impatience

De partir à Saint Quay, on ne peut pas mieux rêver

Retrouver mes cousins pour les grandes vacances

Sur le doux sable fin qui brûle sous mes pieds.

 

Tous les après-midis, nous allons à la plage

Pour construire un fort résistant à la marée

Se baigner au radeau ou dans nos barrages

C’est dans ces grandes vagues que j’ai appris à nager.

 

 

En bateau, j’observe ce paysage magique

Le vent soufflant et sifflant, je vais d’île en île

Si la mer se transforme en houle, c’est dramatique

Rejoindre le port sera assez difficile.

 

Homards, crabes, et bouquets allez bien vous cacher

Armé de patience de longs crochets et d’haveneaux

Sous les algues grasses, j’arrive pour vous débusquer

Sauf les plus petits je vous remettrai à l’eau.

 

Sur le chemin de ronde, regarder cette belle vue

L’île de la comtesse est une vraie forteresse

Mais si la marée monte, tout le monde est perdu

Ne pas rester bloqué est une vraie prouesse.

 

L’odeur des galettes complètes fait tourner ma tête

Se retrouver ensemble autour de la potée

Acheter des bonbons à Ker Suçons, c’est chouette

C’est à Saint Quay dans le bonheur qu’on m’a plongé.

What do you want to do ?

New mail

Le temps

What do you want to do ?

New mail

Étienne est en 4°. Voici son sonnet

 

Le Temps, cette immensité invisible,

Cette éternelle angoisse qui ne cesse

De nous dévorer, insensible ogresse.

Le Temps, terrible puissance invincible !

 

 

 

Le Temps, tel un prédateur traque sa

Proie, pourchassant l’Homme jusqu’à son dernier

Souffle. Le Temps s’amuse sur l’échiquier,

Moi, petit pion, il me rattrapera !

 

 

O ! Temps ! Seigneur des malheurs, s’il vous plaît !

Accordez-moi une très longue vie

Que je puisse chérir ma bien aimée !

 

 

La sinistre mort est proche, mon amour,

Qui peut provoquer le suspend du chant

Strident ? S’il vous plaît, il nous faut du temps !

 

What do you want to do ?

New mail

What do you want to do ?

New mail