Un certain 8 mars…

8 mars, publication Les Fleurs du lac. Avec Nous Toutes 14

                                                                                                 8 mars 2019, les Fleurs du lac et Noutes 14

 

Petit clin d’œil de bienvenue à mes nouvelles abonnées…

 

Enfance

 

– A qui parles-tu ma chérie ?

–  Je parle à mon enfance, Maman.

Mélina.

 

Clin d’œil

 

 

Parce que je les aime beaucoup, et que mon site est aussi voué au partage, je voulais offrir cet espace à Lili Cros et Thierry Chazelle. Leur musique, la musique, fait du bien, surtout en ce moment. .

Leur générosité aussi. Ainsi, tous les vendredi, à 19h, c’est de leur salon qu’ils nous offrent un concert. C’est sur inscription  grâce au lien suivant :

https://www.liliplusthierry.com/live/

Programme différent à chaque fois, mais toujours des chansons qui font du bien, qui nous rappellent que la vie est belle. Des chansons, des anecdotes, des défis aussi, un moment de partage en tout cas.

Lili, Thierry, ne changez rien, n’arrêtez jamais de chanter et de nous enchanter.

Merci à vous deux, et je vous dis…

A vendredi.

 

La femme-puzzle

A l’occasion du 8 mars, on m’a demandé d’écrire un texte.  Voici donc La Femme-Puzzle. Je vous en dirai davantage bientôt…

 

 

« Le féminisme est un humanisme, ce n’est pas une guerre de tranchées »

Christiane Taubira

Qu’y a-t-il de commun entre une jeune Afghane, une précieuse du XVIIè siècle, une vieille Tibétaine, mes aïeules et moi — même ?

Tout.

Et rien, à vrai dire.

Être une femme…

Il m’a fallu du temps pour comprendre l’importance du 8 mars. J’y voyais « la journée des femmes », celle du « attends chérie, je vais faire la vaisselle, c’est ta journée », celle du « voici des roses pour toi achetées ».

J’ai fini par comprendre que ce n’était pas la journée de la femme, mais la Journée internationale des droits des femmes. La donnée est différente.

Je reprends donc ma question. Y’a-t-il des différences en ce qui concerne les droits d’une femme afghane, anglaise, française, tibétaine ou éthiopienne ?

Bien sûr que oui. Et cela fait mal.

Ainsi, je dois d’être la femme que je suis, que je suis devenue, que je n’en finis pas de devenir aux combats de mes aînées, mes « mères symboliques » pour reprendre la formule de l’historienne Marie-Jo Bonnet (La maternité symbolique, Albin Michel).

Je me souviens, adolescente, de mon émotion en prenant connaissance de l’histoire d’Olympe de Gouges et de sa Déclaration des droits de la femme et de la citoyenne ; femme éprise de justice et d’égalité, à en mourir puisque cela la mena à l’échafaud. Elle fait partie de ces femmes dont je me sens « redevable ». Elle n’est pas la seule. Si je peux m’exprimer aujourd’hui en tant que citoyenne, notamment à travers le vote, je n’oublie pas que c’est somme toute assez récent. Et si l’on doit au général de Gaulle d’avoir le droit de vote depuis 1944, comment oublier qu’au XIXe siècle, Louise Weiss se battait déjà pour que nous puissions être des citoyennes à part entière.

Oui, j’aime toutes ces femmes qui ont permis que je sois aujourd’hui celle que je suis, qui se sont battues pour moi. Je pense aussi aux femmes de lettres, à Christine de Pizan qui déjà au XVe siècle avait choisi de prendre position contre les préjugés sexistes et que l’on considère comme la première femme ayant vécu de sa plume, je pense à Madame de Sévigné qui « profita » d’un veuvage précoce et d’une situation confortable pour donner à sa plume toute sa liberté, à George Sand qui n’a pas hésité à prendre un pseudonyme masculin pour écrire et vivre une vie, entre autres amoureuse, libérée.

Oui, je pense à toutes ces femmes, et je sens au fond de moi, que je leur dois beaucoup. Ce petit texte est pour elles.

Lire la suite

Violence

La violence est là, à l’affut…

 

Elle sommeille dans le poing fermé aux jointures blanchies, dans la mâchoire qui se crispe, le regard qui foudroie. Elle se réveille dans le bras qui se tend, dans la gifle qui retentit, sonore et puissante, dans le coup de poing lourd et sourd. Dans ce corps que l’on violente, que l’on viole. La violence est partout où une femme pleure, meurt parfois.

 

Elle guette dans les mots qui insultent, ceux qui brisent, qui traumatisent. Elle est là, sous la main de cette femme qui n’a d’autre argument que sa force,  ce désir de faire mal. Elle est là dans le verre bu, celui de trop ;  dans ce verre, projectile improvisé. Il s’écrase sur le mur, ou parfois dans le visage de celui qui est là, au mauvais endroit, au mauvais moment.

Elle est dans la honte de celui qui n’ose parler de cette femme qui le bat, qui le blesse ; dans la honte de l’enfant qui aimerait aimer celle qui le maltraite, cet enfant qui tente pourtant de protéger cette mère aux mots et aux poings durs et cinglants.

 

Vous la rencontrerez parfois au fond des yeux de cet adolescent, qui, une fois chez lui, se transformera en véritable tyran.  Dans quelques minutes, il insultera ses parents, les frappera, de ses poings, de ses pieds. Cet enfant que l’on voudrait aimer, parce que c’est le sien mais qui n’a d’aimable en fait, que ce grand regard… faussement innocent.

Et toujours cette honte…

Avoir failli… se sentir responsable. Cacher les traces de coups, les bleus à l’âme, miroirs de ce qui nous apparaît comme nos échecs.

 

La violence est partout. Elle est aussi chez nous, lorsque nous refusons de voir, de comprendre, d’entendre. Parce que « cela ne nous regarde pas », parce que « ce n’est pas notre histoire ». Nous nous bouchons les oreilles, nous voilons les yeux et la face. Peur, fatigue, indifférence ? La violence est là aussi dans ce que NOUS ne faisons pas.

Christelle Angano pour Nous Toutes 14

Les Fleurs du lac à l’école

Mélange de fierté et d’émotion.

Merci. 

 

 

 

 

Un retour pour Les Fleurs du lac

Raconter une telle déchirure avec autant de « poésie » et de respect de toutes les personnes quelles qu’elles soient.. chapeau bas 👏 j’ai en même temps voyagé. J’ai adoré votre bouquin et suis bien désolée de n’avoir pu venir vous rencontrer lors de votre visite au Havre. En attendant, continuons de soutenir ce long combat.