Aux enfants que nous ne sauverons pas

 


La Planète se meurt, crie sa désespérance
Petit enfant du Sahel au ventre tendu
Gamine violée, violentée dans sa chair,
Fillettes excisées par la main d’une mère.
Jeunesse que l’on musèle, dont on étouffe la voix,
Petite sacrifiée au fin fond de l’Asie,
Fillette abandonnée, effacée  quelque fois,
Désespoir et souffrance ; impuissance de sa mère.
Enfants soldats, Enfants martyrs, Enfants esclaves, Enfants perdus.
La Planète se meurt de cette hémorragie
Du sang de ses enfants, du massacre incessant.
Elle s’éteint doucement dans leurs yeux de Silence,
Quand la Nuit nous recouvre de son manteau uni.


Christelle Mafille, février 2012

0 réponses

Laisser un commentaire

Participez-vous à la discussion?
N'hésitez pas à contribuer!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *