Petit changement

Le salon du livre d’Île de France se tiendra les 12 et 13 juin, et non pas fin mai. Et bien sûr, je serai ravie de vous y retrouver…

 

Ma guitare et moi… (while my guitar gently weeps)

 

 

 

 

Premier petit bilan…

Je savais, avant de me lancer, que ce ne serait pas simple. Et cela n’est pas pour me déplaire.

Ce que je ne savais pas, par contre, c’est à quel point j’aimerais ça. Je m’en doutais, certes, sinon, je n’aurais pas franchi le pas, mais pas à ce point là.

Mon rêve aurait été de savoir jouer du violoncelle, et de la contrebasse. J’ai toujours été fascinée par le véritable « corps à corps » que les artistes entretiennent avec leur instrument. Corps à corps sensuel, si sensuel. D’ailleurs, Julie Anne, mon personnage principale dans La Dame de Fécamp est violoncelliste.

La guitare, c’est pareil. Bon, même si je reconnais que pour le moment, la sensualité… 😀

Mais j’aime tenir ma guitare contre moi, même si en ce moment, on apprend à se connaître. Et même si les « vibrations » ne sont pas toujours harmonieuses… Objet sensuel, certainement, et qui me renvoie aussi très loin, en Ethiopie, avec mes potes. Un peu nostalgique ? Oui.

Et puis, je pense à Joan Baez, à Dylan, à Simon and Garfunkel, à Greame Allwright, Paul Peter and Mary, pour ne citer qu’eux, (je vais me racheter une robe à fleur et le laisser pousser les cheveux 🙂 ) et forcément, ces chanteurs que j’adore, Brel, Brassens…

Ils ne cessent d’enchanter ma vie. Bref…

Le champ des possibles est infini.

Quel bonheur !

Bon, j’y retourne !!

Ceci n’est pas une école…

 

Surtout quand il n’y a pas un ordi par tête de pipe (ah ah ah)

Bilan d’une semaine mouvementée. Pas simple les visio « madame, ça marche pas ! je suis dans votre salle d’attente » (virtuelle, évidemment !)… « Madame, je tiens à vous signaler que ma fille n’a pas pu assister à votre cours… Qu’allez-vous faire ? Que proposez-vous ? »

Ma foi, madame, rien de plus. En plus ce n’est pas encore la saison des fraises (https://auboutdemaplume.fr/a-propos-de-fraises-lettre-ouverte/)

Ah oui, les visio ne sont pas obligatoires… Voilà voilà. J’dis ça, j’dis rien…

C’est vrai quoi.

hein Roger 😉

Se mélanger les pinceaux…

A la guitare !

Je ne recule devant rien !

C’est amusant, je savais exactement où les problèmes commenceraient. Bingo ! Comme quoi, je commence à me connaître (à force)…

Les accords, ça va. les enchaînements, je commence à gérer. le positionnement des doigts, ça commence à être bon (même le sol et le ré 🙂 ).

Cela se corse en ce qui concerne le rythme ! Toujours en temps d’avance ou… de retard. Bref, jamais dans les temps. (moi qui suis du genre ponctuel !). Bref, toujours un soucis de coordination.

Et les arpèges… Ls arpèges, comment dire… ça commence à aller SAUF que j’ai un peu tendance à mélanger mes doigts ! Je me suis même surprise à secouer ma main, comme pour les remettre dans l’ordre ! Comme quoi, on ne se refait pas.

Mais j’y arriverai !

Ah oui, quelle est la position idéale pour jouer ? Parce que pour le moment, ça tire au niveau du dos !

Prochain objectif : stand by me avec Alexandre et Toute la musique que j’aime avec Pascal 🙂

 

et hop rock’n roll baby !

 

 

 

 

Hello, je crée une nouvelle étiquette « rock’n roll baby », journal de bord de mon apprentissage à la guitare… Pour compléter ma formation, en plus de Pascal qui m’enseigne pas mal de choses et avec qui j’ai plaisir à « gratter » (oh yeah), je me suis inscrite aux cours en ligne d’Alexandre  (laguitareenligne) pour tout prendre « au début ». Me voici plongée dans les arpèges et j’ai, une fois encore, l’occasion de voir à quel point j’ai des problèmes de coordination ! J’en suis à apprendre à dissocier mes doigts !

J’ai donc choisi de « profiter » de ce nouveau confinement pour bosser. 1heure par jour. Je vais finir par y arriver… Et puis, quel pied ! Vraiment, j’adore. Enfin, ça me permet de penser à autre chose qu’au covid, aux visio-conférences et autres réjouissances.

Il va falloir que je prenne du temps aussi pour continuer mon roman en cours 🙂

Bref, salut Alexandre.

 

 

Nouveau retour sur Babelio

« Les fleurs ne sont pas faites pour être coupées », voilà, tout est dit, ou presque…
Cependant, comme j’ai vraiment beaucoup aimé ce livre et que j’ai vraiment envie que vous le découvriez à votre tour, je vais détailler un peu plus.
Ce livre parle d’une pratique encore trop souvent pratiquée : l’excision.
On y raconte l’histoire de Mebrat, une jeune éthiopienne, qui vient d’accoucher de sa seconde fille et qui va décider de ne pas la faire exciser. Or vous vous doutez bien qu’une telle décision, qui va à l’encontre des traditions, n’est pas simple à prendre et peut être lourde de conséquences… Dans ce combat, elle a cependant la chance d’être épaulée par son mari, car oui, l’excision n’est pas seulement le problème des femmes, le changement se construit aussi et surtout avec l’aide des hommes. Ainsi, un petit pas après l’autre, la parole va se faire entendre et les choses changer…

Vous l’avez compris, le sujet est assez dur et pourtant il est abordé avec beaucoup de délicatesse. Ici pas de jugement sur ces traditions -d’ailleurs l’auteure donne aussi la parole à l’exciseuse du village-, juste l’envie de montrer que les femmes ne sont plus obligées de subir.

Un livre magnifique !

 

Merci, merci, merci… à vous pour ce retour.

Les fleurs du lac, sur Babelio…

Même si on préférerait que ce roman n’existe pas, la tradition de l’excision des petites filles dans certains villages africains est malheureusement toujours d’actualité.
Christelle Angano nous livre ici un magnifique roman sur cette tradition qui mutile encore beaucoup de petites filles, elle n’est pas du tout accusatrice dans ce roman, mais essaye au contraire de nous faire comprendre pourquoi cette tradition a toujours cours, à travers l’histoire de Mebrat qui décide de ne pas faire exciser sa deuxième fille. Mebrat va donc livrer un combat dans son village où personne ne comprend sa décision, mais où personne ne comprend non plus pourquoi cette tradition est en place.
C’est vraiment un magnifique roman qui se lit d’une traite et je remercie l’auteure de m’avoir permis d’en connaître un peu plus sur cette tradition qui je l’espère disparaîtra très vite.

 

Merci infiniment pour ce retour…

A table, sur youtube

Le cabanon jaune, incipit.