Les Fleurs du lac et Nelly

Ton bouquin, les fleurs du lac, en plus de plaider une cause souvent oubliée est un merveilleux voyage en Abyssinie. Je le trouve très réussi!

bravo Chris.

ce retour me touche. Forcément… Nelly connaît l’Éthiopie. Nous nous y sommes rencontrées : elle était ma prof d’espagnol…

Hasta luego chère Nelly…

What do you want to do ?

New mail

Un bien joli moment…

Il y a un moment qui m’émeut toujours beaucoup quand je m’apprête à publier un livre : c’est quand je reçois la maquette de sa couverture. C’est chose faite.

Une fois encore, je veux remercier les Éditions de La Rémanence, et Mathilde Palfroy, mon éditrice parce qu’elle m’a toujours suivie dans mes choix.  Je veux aussi saluer Marie-Pierre Charbit, notre maquettiste, à qui l’on doit ces si belles couvertures. Une fois encore, le résultat est vraiment très beau.

Oui ce moment est terriblement émouvant. Cela devient plus… »concret ». Il faut dire que, pour la première fois, j’ai eu beaucoup de difficultés à trouver et le titre, et bien sûr la couverture. Puis soudain, ce fut comme une évidence. les deux se sont imposés à moi, en même temps.

Je suis donc heureuse et émue de vous annoncer la parution prochaine de mon livre Une lumière dans la nuit.

Il s’agit d’une reprise de l’ouvrage que j’avais consacré à mon arrière-grand-mère, Clara. reprise donc, mais pas seulement…

Voilà…

Pour le reste, il va falloir attendre un peu…

What do you want to do ?

New mail

What do you want to do ?

New mail

What do you want to do ?

New mail

À propos de fraises (bis)

 

What do you want to do ?

New mail

je découvre avec stupeur que mon article a été partagé plus de 700 fois… et lu sur mon site plus de 400 fois…
Je me dis que sur ce coup là, je suis un peu la « porte-parole » des profs allergiques… aux fraises !
Porte-parole… oups, ça fait peur ! Pourvu que je dise moins de conneries !
Quoi qu’il en soit, je suis très touchée et je remercie madame Truc… sans elle, vous n’auriez pas découvert mon site !
Portez-vous bien.
Christelle

A propos de fraises… (lettre ouverte)

Madame,

Ce n’est pas la première que j’entends, que je lis des propos pour le moins déplacés, au sujet des enseignants. D’habitude, cela « glisse ». Et puis là, allez savoir pourquoi, cela ne passe pas.

Je ne digère pas.

Il faut dire que les fraises sont réputées pour être difficiles à digérer. Je dirais même plus, leur pouvoir allergène est également bien connu. Urticaire, eczéma… cela doit être ça.

Pourquoi donc cette réaction quasi épidermique ?

Peut-être parce depuis deux semaines, je m’évertue (et je ne suis pas la seule) à garder un contact avec mes élèves. A diversifier mon enseignement pour les « retenir ». Une journée de prof confinée… Lisez plutôt.

Weekend avant J1 : je passe des heures à me former à la visioconférence. Création de compte, formation, formation de collègues, une fois que j’ai compris. Cours à retravailler, corrigés à adapter. Recensement des élèves non connectés. Appels aux familles concernées. On rassure quelques parents paniqués, quelques élèves égarés aussi. On s’adapte aux élèves en difficulté… Parce que, il faut bien le dire, il y a ceux qui restent de côté. Ceux qui ne sont pas connectés, ceux dont les parents « télétravaillent », ceux qui n’ont pas d’ordinateur…

Lire la suite

Double hommage

Pour un adieu plein de tristesse

What do you want to do ?

New mail

Quelque part à Conakry

Le street art au service de la pédagogie et de la santé ! Bravo ! Parce que l’Europe et l’Asie ne sont pas les seules concernées…

 

 

Ce diaporama nécessite JavaScript.

 

 

What do you want to do ?

New mail

J’adore !

Ce que le confinement a changé…

dans ma vie…

What do you want to do ?

New mail

Pas mal de choses forcément et en même temps, rien du tout.
En fait cela me permet de me « reconnecter ». Oui, c’est ça. Me reconnecter (et le terme n’est pas anodin).
J’ai choisi de « positiver » cette période difficile. Attention, ne me faites pas dire ce que je n’ai pas dit. Je n’ai pas dit que c’était une aubaine !
J’en profite pour développer ma relation avec ma fille, par exemple. Confinement = ESAT fermé. J’avais quelques craintes, forcément. Une fois encore, la présence de Mélina impacte beaucoup sur ma façon d’être. Je suis en quelque sorte son « baromètre ». Je ne dois donc pas me laisser emporter par le stress.
J’ai dû revoir aussi ma façon de travailler. J’entends déjà celles et ceux qui disent « ah les profs sont encore en vacances du coup »… Eh bien sachez, mesdames et messieurs les grincheux, que vous ne savez pas de quoi vous parlez. En un weekend, je me suis formée au téléenseignement, à la visioconférence. Je développe des stratégies pour que es élèves gardent l’envie de… Que le contact perdure.
Et, dois-je l’avouer, j’adore ça. Mais ce qui apparaît et m’attriste, c’est que ces outils, si extraordinaires qu’ils soient, ont pour effet, une fois encore de « creuser » un fossé (non virtuel celui-là) entre mes élèves selon le »niveau social ». Alors, je téléphone à mes élèves « non connectés ». Mais tout de même. L’école n’est pas la même pour tout le monde. Et cela fait mal. Bien sûr, il y a aussi les familles qui « télétravaillent ». Et puis, quand il y a une fratrie, nous devons, nous enseignants, ne pas oublier que tous n’ont peut-être pas un ordinateur personnel. Bref, ce n’est pas simple quand on refuse un eseignement qui serait à deux vitesses.
Bien sûr, je me suis dit quelle « opportunité » pour démarrer un roman, pour finir aussi de travailler sur Clara. Là, je me trompais… pour le moment, j’ai un peu plus de difficultés en ce qui concerne l’inspiration. Mais cela va venir.
Avant, je pense à toutes celles et ceux qui sont confinés dans un petit espace, sans balcon, sans jardin… Je pense à celles et ceux, peut-être enfermés avec une personne violente, pour lesquel(le)s cette période est un enfer. je pense à celles et ceux qui viennent de perdre un être cher, ou qui vont en perdre un, et qui n’ont pas pu aller lui dire adieu. Je pense à celles et ceux qui sont malades, à mes copines qui devaient être opérées prochainement et dont l’intervention a été reportée ; elles doivent, elles, être rongées par le stress. Je pense bien sûr à tous les soignants qui sont sur le pied de guerre en ce moment.
Et surtout, surtout… Je refuse de céder à la mode actuelle : sombrer dans l’agressivité. Ce que je lis çà et là me fait frissonner. Non, je ne dénoncerai pas le gamin qui ose se balader ; non, je ne veux pas connaître l’identité des personnes infectées dans ma petite ville ; non, je ne dévaliserai pas les magasins… Non…
Par contre, Bravo aux artistes mais pas seulement, qui nous « offrent » leur talent : Renaud Capuçon qui nous régale, Lili Cros et Thierry Chazelle que j’aime tant, Fabrice Lucchini qui nous permet de redécouvrir La Fontaine, et j’en passe. Merci à vous…
A ce propos, je suis fière de contribuer à cela, grâce à mon éditrice. En effet, le cabanon jaune est téléchargeable gratuitement. J’aime cette idée que peut-être, il adoucira le confinement de quelqu’un.
je vous embrasse toutes et tous.
What do you want to do ?

New mail

Denis Brillet et Les Fleurs du lac

Dans « Les fleurs du lac », Christelle Angano s’attaque à un sujet hautement sensible: l’excision. Mais elle le fait sur de bonnes bases, d’abord parce qu’elle connaît pour y avoir vécu le pays dont elle parle, ensuite parce qu’elle a évité avec brio le piège du manichéisme. Il s’agit à vrai dire autant d’un roman que d’un plaidoyer, expurgé de tout voyeurisme. Il fallait pour cela comprendre le pays de l’intérieur, sa culture, ses règles, écarter la tentation du jugement, porter sur les héros du livre la même empathie. Ceux-ci sont victimes de traditions séculaires qu’un membre, puis deux, puis trois…, de la communauté entreprennent un jour de bouleverser (à quel prix !) quand elles/ils les jugent obsolètes. Christelle Angano a parfaitement compris la complexité de la mécanique sociale en jeu, de sorte que le regard qu’elle a posé sur ses personnages frise parfois la sociologie. De sorte aussi qu’elle a laissé à chacun sa part de dignité.

What do you want to do ?

New mail

Denis Brillet, auteur
What do you want to do ?

New mail

Lire…

Si vous avez le temps, l’envie… Afin de ne pas vous laisser submerger par le stress et la morosité… Je vous les conseille tous, bien évidemment.

En ce qui concerne Le cabanon jaune… je vous emmène aux Îles Marquises, pour un grand dépaysement, bien loin de nos murs qui nous enferment.

Envie de lire quelques retours de lecture : c’est là que cela se passe

https://auboutdemaplume.fr/category/le-cabanon-jaune/

Bon voyage donc !https://www.7switch.com/fr/list/search/page/1/revelance?q=%C3%A9ditions+de+la+r%C3%A9manence&fbclid=IwAR2LTu920BEK8wwvAsGWR1UgDgkkZMDmSjdYNHivsTky16YMR-j5K3xS0ls

 

What do you want to do ?

New mail

What do you want to do ?

New mail

Le meilleur ami de la femme…

What do you want to do ?

New mail

Je viens de l’apprendre, ma nouvelle ne fait pas partie des lauréats…
Je tiens à remercier toutes celles et ceux qui m’ont accordé leurs votes mais surtout, surtout, je tiens à les remercier pour leurs commentaires qui me sont allés droit au cœur.
Avant tout, je pense à toutes celles pour lesquelles ce confinement ne sera pas qu’une contrariété, mais plutôt un véritable enfer.  A elles, et aux enfants aussi.
Une pensée pour Nous toutes 14, à qui j’avais offert ce texte et aussi.
Pour OSYS aussi, que je salue également.
Quant à moi, je vais reprendre ma plume…
Je vous embrasse.
portez-vous bien.