Le Cabanon jaune, chapitre 1, suite.

                         On rigolait fort du côté du zinc et on levait allègrement le coude aussi. Les blagues fusaient, chacun y allant de sa grivoiserie, certains même, n’hésitaient pas à pousser la chansonnette. De ces chansons qui parlaient de filles blondes que l’on trousse et de la mer que l’on prend.
Par contre, plus on s’approchait des tables, plus l’ambiance s’alourdissait. Cela devenait sérieux et on était prié de respecter le silence.
Une table, au centre de la pièce, retenait toute l’attention ; deux femmes contre deux hommes. Et pas n’importe lesquels. Le patron, Pierrick Lemeur et Jean Lebon jouaient contre Cloé, la fille de Jean mais aussi filleule de Pierrick, et Madame Deleu, Pierrette de son prénom, la directrice de la maison de retraite « La Source ». C’était la dernière donne, la partie était décisive. L’heure était grave, l’atmosphère électrique. On entendait les cartes claquer sur la table, comme autant de coups de trique et la concentration faisait se mordre les lèvres. Une grimace déformait le visage de Pierrick. Il n’avait jamais supporté perdre, au point que certains refusaient même de jouer à sa table.
Belote – Rebelote …

Lire la suite

pub

pub

D’Ouvre des Livres 2014

 

 

!cid_7170CD71-0D0A-44CE-A462-FCDD9A18343EJe peux d’ores et déjà vous annoncer que le prochain salon aura lieu le 20 septembre 2014, à la salle Léo Ferré, à Douvres.
Le projet grandit encore. Nous y associons :

  • les écoles (confection d’affiches …)
  • la maison des associations (café citoyen … pour interviews d’auteurs)
  • création d’un comité de lecture
  • travail avec la bibliothèque pour tous
  • envisager un partenariat avec un restaurant Douvrais
  • partenariat avec TSF 98
  • Organisation d’un comité d’interviewers
  • prise en charge de la comm …
  • remise d’un bon d’achat aux enfants douvrais pour acheter un livre
  • inviter la bibliothèque audio
  • présenter (conférence sur le livre numérique) …
  • stand « d’Ouvre des Livres » pour auteurs adhérents absents.

La classe, non ?

 

Comme vous voyez, nous avançons …

Association …

Bonjour,

Pour se construire et grandir, l’Association d’Ouvre des Livres a besoin de vous.

Qui serait prêt à :

  • faire partie d’un comité de lecture (éventuellement) ?
  • appartenir au jury qui votera pour l’ affiche du futur salon (elle sera réalisée par des écoliers douvrais) ?
  • interviewer des auteurs lors du prochain salon ?
  • éventuellement, héberger un auteur ?

Je vous rappelle que la cotisation s’élève dorénavant à 15 € pour l’année.

N’hésitez pas à me contacter …

Merci.

Christelle

 

 

Garder la tête hors de l’eau …

Mihai Grecu

Mihai Grecu

et ne pas sombrer.

merci à Philippe Louis Coudray grâce auquel je découvre toutes ces images qui m’enchantent. Celle-ci me parle, tout particulièrement en ce moment …

Malaise

Je ne comprends pas …
Je ne comprends pas et même, je ne veux surtout pas comprendre. Comment est-il possible que l’on décerne un prix, une récompense quelle qu’elle soit (en l’occurrence : le prix Renaudot essai) à un auteur qui s’auto-déclare pédophile ?
Peut-on tout écrire sous prétexte que l’on est un « littéraire » ? Doit-on tout taire ?

7 voix sur 10 … j’ai la nausée.

Lire la suite

C’est reparti !

Voilà, après quelques jours d’absence, Au bout de ma plume revient …
Petit weekend de 3 jours pour un 11 novembre bien pluvieux. Des amis ce soir, une poule au blanc qui mijote, une belote en vue. La soirée s’annonce agréable.
Et puis, je travaille comme une forcenée sur Le cabanon jaune. Je crois (j’ai bien dit je crois) que j’ai trouvé ce qui manquait. Le « liant ». Pour l’instant, je suis plongée dans la concordance des temps. Les différentes valeurs des temps … C’est ce que je suis en train de travailler avec mes élèves !

Et un hommage à un de mes auteurs de prédilection. C’est d’actualité.

Albert Camus.

Albert Camus.

Et puis, au pire …

Il est certains esprits …

I1 est certains esprits dont les sombres pensées
Sont d’un nuage épais toujours embarrassées ;
Le jour de la raison ne le saurait percer.
Avant donc que d’écrire, apprenez à penser.
Selon que notre idée est plus ou moins obscure,
L’expression la suit, ou moins nette, ou plus pure.
Ce que l’on conçoit bien s’énonce clairement,
Et les mots pour le dire arrivent aisément.

Surtout qu’en vos écrits la langue révérée
Dans vos plus grands excès vous soit toujours sacrée.
En vain, vous me frappez d’un son mélodieux,
Si le terme est impropre ou le tour vicieux :
Mon esprit n’admet point un pompeux barbarisme,
Ni d’un vers ampoulé l’orgueilleux solécisme.
Sans la langue, en un mot, l’auteur le plus divin
Est toujours, quoi qu’il fasse, un méchant écrivain.

Travaillez à loisir, quelque ordre qui vous presse,
Et ne vous piquez point d’une folle vitesse :
Un style si rapide, et qui court en rimant,
Marque moins trop d’esprit que peu de jugement.
J’aime mieux un ruisseau qui, sur la molle arène,
Dans un pré plein de fleurs lentement se promène,
Qu’un torrent débordé qui, d’un cours orageux,
Roule, plein de gravier, sur un terrain fangeux.
Hâtez-vous lentement, et, sans perdre courage,
Vingt fois sur le métier remettez votre ouvrage :
Polissez-le sans cesse et le repolissez ;
Ajoutez quelquefois, et souvent effacez. […]

Nicolas Boileau , Chant I

Nina …

Hier, « retrouvailles » avec mon amie Nina. Nous étions toutes deux invitées par Richard Mélanie, pour son émission « vue d’ici » sur TSF 98. Cela faisait un petit bout de temps que l’on ne s’était pas retrouvées réunies autour d’un micro. Et toujours avec bonheur et émotion. D’ailleurs, même nos « hôtes » étaient émus et sous le charme de Nina.

Comment cela pourrait-il être autrement ?

Cette interview sera retransmise à l’occasion du 70 ème anniversaire du débarquement. Nous avons profité de l’occasion pour lancer un appel : nous cherchons un éditeur. On nous réclame régulièrement Mémoire de Babouchka, et nous n’en avons plus. ce sont les limites de l’autoédition. Nina, Philippe Grimbert et moi-même, intervention avec une classe de 3°.