Petit bilan …

4983 visites en 5 mois …

Merci à vous ! De venir et aussi, pour certains, de revenir.

 

Le Pèlerinage de la Délivrande

Le pèlerinage de la Délivrande est le plus ancien de Normandie, dont l’origine remonterait à l’époque gallo-romaine.

Au culte païen de Déméter, la déesse de la fertilité, succéda la dévotion à la Vierge Marie. Ce pèlerinage que l’on doit à Regnobert, évêque de Bayeux mort en 6271, était très célèbre au Moyen Âge et fut honoré par le roi Louis XI en 1470 et 1473. Plus récemment, Saint Jean Eudes en 1643 et Sainte Thérèse de Lisieux en 1887, accompagnée de son père et de sa sœur Céline firent le pèlerinage. Gustave Flaubert fait venir les héros de son roman Bouvard et Pécuchet en pèlerinage, et donne une description intéressante du site à l’époque où les pèlerinages étaient importants.

Lire la suite

Bientôt …

Eh oui, la date approche. Je veux remercier Michèle et son coup de main. De plus en plus, le salon prend forme. Quelques toiles exposées, une ou deux sculptures d’ami(e)s artistes … Plein d’auteurs et d’ouvrages au milieu. Venez boire un café, déguster une part de gâteau, et rencontrer des auteurs passionnés et … passionnants. Je veux un salon simple et convivial. Joël Maillard nous réjouira avec sa guitare. Bref, une belle journée en perspective.
En plus, « y’en a qui disent que l’arrière saison sera belle … ; qu’ils disent nos anciens ! »
Chouette !

La parole est à Pierre Ballouhey !

1175136_10201824416202134_997765897_n

Retour à la maison …

Et bien voilà, les vacances se terminent.

Une semaine passée en Bretagne, très agréable. On fait le plein de grand air, de soleil, de rigolades … On a retrouvé les copains et c’était bien sympa.

Maintenant, les choses sérieuses vont pouvoir reprendre. Dernières touches à apporter au Salon d’Ouvre des Livres. J’irai voir la salle cette semaine.

Sinon, j’attends toujours des nouvelles de mon nouvel éditeur pour Le Cabanon jaune.

Bientôt la reprise des chroniques pour Reflets du Temps. Et enfin, enfin …

La rentrée scolaire. Ben ouais.

Sur les pas de Clara Mathews Chompton

Journée émouvante à la rencontre de mon arrière grand-mère. Des rencontres pleines d’émotion. Un vieux monsieur au bord des larmes quand je me présente … La maison de Clara, où on est venu l’arrêter le 19 juin, à 5 heures du matin. Merci à Marcel Dupuis, à Madame Rocher, à Monsieur Bernard, le maire de Barneville la Bertran, à Monsieur Cordier également. Plus que jamais, je brûle de découvrir et de rencontrer cette grande dame : mon arrière grand-mère afin de lui rendre hommage. Et que mes enfants connaissent l’histoire de cette dame. J’avance dans mes recherches et j’apprends beaucoup de choses qui me concernent directement, forcément. C’est passionnant. J’espère pouvoir publier cet ouvrage pour le mois de juin prochain, 70 ans après son arrestation et sa déportation.

Joli adage … j’approuve !

996887_10151594548737861_191100572_n

Barneville la Bertran, nuit du 5 au 6 juin 1944 …

Dans la nuit du 5 au 6 juin 1944, un groupe de parachutistes du 9e Bataillon Parachutiste était largué par erreur, au-dessus des zones boisées de Saint Gatien des Bois et de Barneville La Bertran, près d’Honfleur, à trente kilomètres de leur objectif : la batterie de Merville. Ces hommes appartenaient à une section du peloton de mortiers du Bataillon commandée par le Sergent Edward SMITH, secondé par le Caporal George «Tug» WILSON. Au matin, quatre des parachutistes dispersés étaient recueillis et dissimulés par des habitants du village, qui rassemblèrent aussi les armes lourdes contenues dans des containers.

Quelques jours plus tard la résistance prenait en charge les parachutistes et les fit quitter la commune. Les 18 et 19 juin, les soldats allemands arrêtèrent sept habitants de Barneville-la-Bertran et un habitant du village voisin de Pennedepie, accusés d’avoir apporté leur aide aux parachutistes. Tous seront déportés en Allemagne, dans les camps de concentration de Neuengamme et de Ravensbrück. Sept mourront: Clara CHOMPTON, Emile MARIE père, Emile MARIE fils, Maurice MARIE, André LEBEY, Léon QUERUEL et Jean QUERUEL».
Clara Chompton était mon arrière-grand-mère. Elle mourut à Ravensbrück le 1er novembre 1944, probablement exécutée. Je suis en train d’écrire son histoire, en hommage et pour vous la présenter, elle et ses compagnons d’infortune.
Si vous possédez des éléments, des pistes qui me permettraient de mieux comprendre ce qui a pu se passer cette nuit-là, je suis « preneuse ».
À tous, merci.
IMG_6581

Avec Monsieur Jean Aubert, gendre d’Émile Marie décédé le 15 avril 1945 à Meppen-Versen

IMG_6580

Commémoration et inauguration de la plaque commémorative, le 4 juin 2011 au musée de Merville-Franceville. En bas, à gauche de l’écran, Clara Chompton.

Le cycle …

46915_10151738432156897_1164814511_n

je dédie ce dessin dont j’ignore l’auteur à ma grand-mère qui a su être là, toujours. Je suis près de toi.