Un certain 8 mars…

8 mars, publication Les Fleurs du lac. Avec Nous Toutes 14

                                                                                                 8 mars 2019, les Fleurs du lac et Noutes 14

 

Petit clin d’œil de bienvenue à mes nouvelles abonnées…

 

Enfance

 

– A qui parles-tu ma chérie ?

–  Je parle à mon enfance, Maman.

Mélina.

 

La petite église jaune

Voici donc la nouvelle…

 

Je la dédie à toutes celles et ceux qui essaient, au péril de leur vie souvent, de fuir l’insupportable, l’invivable, l’insoutenable. Ceux qui veulent croire, coûte que coûte, malgré la peur, et le chagrin de la séparation. Ceux qui espèrent.

Il n’avait pas du tout envie d’aller perdre son temps à la messe.

Et pourtant la petite église romane semblait lui ouvrir les bras. Sobre, tout en pierres et en rondeurs, sa seule coquetterie résidait en ses vitraux étincelants. On avait envie de s’y réfugier ne serait-ce que pour s’y protéger des ardeurs du soleil.

Les fidèles arrivaient. Petites filles, habillées de blanc, nœud dans les cheveux et socquettes en dentelles, garçonnets en bermuda, chemisette, impeccablement coiffés ; leurs parents droits, fiers de leur progéniture avançaient déjà émus par le prêche à venir. Quelques grand-mères, protégées par leurs ombrelles tenaient le bras de celui qui les accompagnait. En ce dimanche de l’Assomption, il convenait d’oublier les turpitudes de la vie, de célébrer Marie et pourquoi pas, de lui confier ses secrets et ses peines.

Toussaint, adossé au mur de la pharmacie, les observait.

Il pouvait distinguer leurs rires un peu étouffés par la solennité du moment qu’ils s’apprêtaient à vivre, et aussi par la touffeur de cette fin de matinée d’été.

Une rue les séparait.

Une rue ? Non. Un monde plutôt.

Lire la suite

Mille jours sauvages

 

 

 

Au départ, il y eut un coup de cœur pour une couverture, celle du dernier roman de Cathy Borie, Mille jours sauvages.  J’en profite au passage pour saluer le talent des Editions de La Rémanence : encore une très belle couverture donc qui m’a attirée, tout de suite.

Alors, j’ai plongé.

J’ai été comme « aspirée » dans le roman.

J’ai eu froid,  j’ai été éblouie par la réverbération de le lumière sur la neige et la mer. Oui, j’ai « ressenti » tout cela et je remercie Cathy pour cela.

Et tout de suite, j’ai aimé Camille et Jack. J’ai vibré avec eux.

Bravo Cathy pour ce beau roman. Je n’en dirai pas plus pour ne pas déflorer l’intrigue.

Un secret… cadeau d’élève

 

« Fils unique, j’ai longtemps eu un frère… »

 

C’est un très beau cadeau, ce travail de Zoé, touchée visiblement par le très beau roman de Philippe Grimbert, Un secret.  Ces moments de partage sont toujours émouvants.

Merci Zoé, je suis heureuse de t’avoir fait découvrir ce texte. Pour Philippe Grimbert, mais aussi pour Simon et Hannah… Le débat qui a suivi la lecture du roman mais aussi la projection du film a été très intéressant.

Le geste d’Hannah… Essayer de comprendre, ne pas juger… Ce n’est pas toujours simple.  Surtout pour des collégiens.

Je vais envoyer une photocopie de ce dessin à Philippe.

 

Histoire de coccinelle

 

 

Chantal nous a quittés, la coccinelle s’est envolée. Mon cher Jean-Denis, Amédée Mallock, je pense à toi. Tu le sais. Je suis là, tu le sais.

La douceur de Chantal, sa lumière m’a touchée. Je ne l’oublierai pas.

https://www.mallock.fr/2020/11/tu-es-lange/?fbclid=IwAR2YsTkKhRaE6oyulHXJsbyLh-puxlxmXShT7sb7YADDwUKfQbwo-sCkMIU

je me permets de partager cette chanson écrite pour toi Chantal, par ton cher Jean-Denis. Je suis heureuse d’avoir croisé ton chemin. J’ai aimé parler avec toi, te faire lire mes articles, à l’époque. Ton avis était éclairé.

Comme dit la chanson, Coccinelle au revoir… Je t’embrasse, là où tu es…