Projet …

Je la tiens …

Oui, je la tiens ma prochaine idée. Je vous pouvoir de nouveau « chevaucher mon stylo », drôle d’expression n’est-ce pas ! Quoique … Parfois, écrire relève pour moi du rodéo. J’en ressors épuisée et brisée. Étonnée et comblée aussi.

Alors, voilà … Je vous ai livré De Vous à Moi, Le cabanon jaune est achevé ; il est temps pour moi de reprendre la route.

Et je suis impatiente. Parce que oui, ce prochain roman m’emmènera en Éthiopie. Cela faisait si longtemps que j’attendais ce moment.

Allo Papa Tango Charly

 

               Pour tous ceux que la nuit engloutit peu à peu.

Pour Toi.

Mais enfin, où as-tu donc la tête ?

 

Je ne sais pas, je ne sais plus. S’il vous plait, ne me brusquez pas, attendez, cela va revenir.

 

Le geste du vieil homme s’est interrompu. Que voulait-il faire ? Il ne saurait le dire. Son geste s’est perdu au fond de sa pensée. Là-bas quelque part, déjà bien loin de nous.

 

Tu es avec nous ?

Bien sûr qu’il est là, mais déjà si lointain. Il sent que déjà, il commence à partir.

Il part pour un ailleurs qui le terrifie. Ses errances l’angoissent.

Retrouvera-t-il sa route ? Ou est-il condamné à se perdre encore, et toujours ?

Je vous en supplie, soyez patients. Ne m’abandonnez pas au bord de la route. J’ai tellement peur sans vous ; sans vous, je ne suis plus rien.

Lire la suite

Intervention à La bibliothèque pour tous

[slideshow_deploy id=’5840′]

Quelques photos, souvenirs de cet après-midi passé à La bibliothèque pour tous de Douvres. Certes, nous étions peu nombreux mais l’accueil fut tout à fait chaleureux et l’échange très agréable.

 

Toi et Moi

 

Moi je ne t’oublie pas

Et  tiens, si tu le veux

J’aurai de la mémoire

Pour deux, pour nous, pour toi

 

Toi, toute petite

Dans ce si grand fauteuil

À moi de te bercer

Dans le creux de mes bras

 

Toi, toute petite

Dans ce si grand linceul

À moi, de te pleurer,

De te retrouver tout au fond de moi.

© Christelle Angano

http://www.copyrightdepot.com/cd73/00055050.htm

Tes mots

 

Tes mots  m’enveloppent  quand ils chantent pour moi

Petite cantate fait  Frissonner mon Elle

Perdue dans ces pages je n’attendrai que Toi

Cette folle parole qui toujours m’ensorcelle.

 

Ces voyelles irisées  effleurent ma bouche

Courent sur ma peau,  suaves et sensuelles

Quand je lis alanguie Étourdie sur ma couche

Tous ces mots, ces serments, ô promesse éternelle.

 

Océan d’encre bleue aux infinis rivages

Avec Elle je voyage Avec Toi je me perds

Et ce cœur qui palpite tremblant d’être sage

Je respire tous tes mots comme un grand souffle d’air.

 

Une plume dans ta main caresse mon âme

 

Alors le livre s’ouvre et les pages s’effeuillent

Effeuillage troublant Mon regard dans le vague

L’émotion me submerge et Soudain je divague

Quand Le Verbe impérieux me possède et me cueille.

 

Christelle Angano

Décembre 2014

Prix Jean-Jacques Robert : Ouragan dans un verre de whisky

Ouragan dans un verre de whisky

Je viens d’apprendre que ma petite nouvelle est arrivée 4° sur 200 … et j’en suis très fière …

L’immeuble est coquet : de la pierre de Caen et une immense porte cochère bleue. On est jeudi. Sur la place, c’est le marché. Les étals sont pleins. On se croise, on se retrouve, on bavarde, on rit. Corps et âmes se retrouvent, se découvrent aussi. Mais Emmanuelle ne les voit pas. Dix minutes qu’elle poireaute. Elle a horreur de ça. Heureusement, la porte s’ouvre enfin. D’un geste distrait, elle remet coiffure et idées en place et se dirige vers l’ascenseur.
La salle d’attente maintenant : papier jauni, fausses plantes vertes, canapé deux places légè-rement défoncé, trois chaises, une table basse recouverte de magazines. Une vague odeur d’urine de chat. Emmanuelle s’assied et s’empare d’un numéro de Gala, sa Bible. Elle sait tout de ces célébrités et voue un amour sans limite à la famille Grimaldi, là-haut sur son rocher, inaccessible.
Oui, Emmanuelle a pleuré à la mort de Grace et, depuis, toute sa tendresse et son admiration se sont reportées sur la famille de sa princesse disparue. Elle donnerait beaucoup, tout peut-être, pour rencontrer Caroline, son modèle, et participer, ne serait-ce qu’une seule fois, à un seul Bal de la rose, à Monaco.
Lire la suite

Clara …

Bientôt six mois que mon Hommage à Clara est paru et je suis vraiment ravie de cette expérience. Merci pour tous ces retours tous très émouvants. Je suis heureuse que ce texte vous ait touchés.
Le weekend dernier, je suis allée l’offrir à un monsieur qui a connu Clara … Moment inoubliable autant qu’ improbable où l’on rencontre la « grande » Histoire. Et ce sentiment très fort d’avoir fait exister Clara pour que l’on connaisse son geste.

img0871

Première fois …

DSCN0586

DSCN0589

Eh bien voilà, la première de Dire Lire et Délire, c’est demain à 13h15, sur TSF98. Si vous la ratez et que vous avez envie malgré tout de l’écouter, pas de problème, vous pouvez aller sur le site de la radio : http://www.tsf98.com ou bien sûr, sur ce site. N’hésitez pas non plus à consulter la page fb.
Et surtout, surtout, soyez indulgents : cela a un peu cafouillé au début mais bon, j’aime bien cette première rencontre.

Allez, je me lance !

Je reviens de mon rendez-vous à TSF 98 . Voilà, je me lance. J’enregistre ma première émission pendant les vacances de La Toussaint.

Au début, ce sera une émission mensuelle « Dire, Lire et Délires », puis, si tout va bien, pourquoi pas bimensuelle, avec une des deux en direct.  Le créneau : le dimanche de  13h à 14h. Je suis en train de tout peaufiner. Coups de cœur, coups de gueule, rencontres littéraires (masculines) ou pas … Des débats aussi.

J’adore ce projet, même si je dois bien reconnaître que je stresse un peu. Il y a tant de choses à dire, de gens à rencontrer …

Et puis je vais devoir apprendre à utiliser le matériel.

Ah que ça fait du bien !