De vous à moi

Il était une fois une petite fille qui fit trempette dans un encrier magique. Elle en ressortit, plume en verve et verbe affuté, imprégnée pour la vie. La lecture et l’écriture devinrent ses amies, les mots ses jouets.
La voici tenant un blog, écrivant une chronique, la voilà achevant un recueil de poèmes, un roman, en imaginant un autre. C’est également elle qui prête sa plume pour conter la vie des autres, car l’insaisissable Christelle sait prodiguer aide et attention, pour le plaisir du partage.
J’ai lu tous ses ouvrages, notamment son dernier roman « Une sonate et la dame de Fécamp », paru aux éditions de la Lieutenance. Un très bon moment d’humanité. Déjà.

Mais là, « De vous à moi », c’est différent, c’est autre chose ! Nous ne sommes plus dans le roman mais dans la vraie vie… Et celle-ci n’a pas toujours été clémente pour Christelle. Un petit garçon disparu très tôt, puis une « princesse baroque », une enfant « différente » comme on dit.
Comment écrire tout ça ? Exprimer l’indicible ? Sans plonger dans le pathos, sans verser dans les lamentations, sans manifester d’aigreur, sans donner de leçon, sans se plaindre…
Je ne sais pas comment Christelle Angano s’y est prise. Encore un de ses tours de magie, peut-être. Toujours est-il que, de petite touche en petite touche, de grains de mots en grains de mots, d’allusion en allusion, d’image en image, elle nous coupe le souffle par sa paisible puissance d’évocation. Pas de rancœur mais du cœur…
Du désespoir, quand il est décrit de manière lumineuse, peut jaillir des aurores.
Et, si l’auteure a versé des larmes, qu’elle sache qu’avec ce livre, aujourd’hui, elle n’est pas la seule. Mais ce sont autant des larmes de peine que de paix. Des larmes bienfaisantes.
Et nous nous rassemblerons sous la bannière de l’espoir sur laquelle Christelle Angano a écrit :
« Courage, vivons ! »

 

Henri Girard

C’est un témoignage fort où tous les sentiments se mêlent. Un grand merci car vous nous redonnez de l’espoir et l’envie de nous battre chaque jour. Une grande pensée pour tous les enfants de la lune, tous les princes et princesses baroques, leurs parents, familles et amis. Sincèrement merci!

Karine

J’ai résisté jusqu’à la page 100 !
Et puis les sentiments prennent le dessus, presque toujours! Non pas par empathie, non pas pas fierté non plus, ni par septième ts étranges sous l’effet des mots.
Résisté aux émotions parce que l enfant de la lune je l ai aussi dans ma vie….et qu’une princesse baroque j’en côtoie une dans mon quotidien d’AVS !
Submergée par les mots, parce qu’on croise un  » merci ».
Alors merci à vous, d avoir ce samedi matin gentiment offert votre livre à la mienne de maman, dans une boutique de Douvres.
Merci parce que vous venez en 100 pages de me donner la force de me battre pour que je puisse suivre le chemin qui je le pense est le mien: faire de mon métier si précaire aujourd’hui une vraie vocation et mon cheval de bataille. Je suis sure aujourd’hui  de devoir le battre pour l égalité des droits, et pour qu’enfin le regard universel change.

Sophie

SI VOUS EN AVEZ L’OCCASION, JETEZ DEUX YEUX DANS CE LIVRE… Une famille cabossée mais courageuse, un livre édité loin de Paris et qui a peu de chance d’avoir sa place sur les médias… IL A BESOIN DE VOUS !!!

Gérard Collard

bonsoir Christelle,
je viens de finir « De vous à moi » et je dois dire que je suis bouleversée.
je voudrais vous dire simplement MERCI pour ce courage de dire « le vrai du cœur ».
très beau témoignage d’amour…

Merci également pour la belle dédicace découverte après la fin du salon d’Alençon.
Marie

Il est relativement rare de ne pouvoir accepter de lâcher un livre car il nous prend , nous emmène dans son monde , sa douleur , ses sourires , son ciel , oui , son ciel étoilé… Et bien « De vous à moi  » m’a fascinée , hypnotisée ,et j’ai eu , l’espace d’un instant , la certitude d’être le « moi » …et je t’en , pardon , je « vous » remercie …

Maritxu

En revenant sur les temps forts qui marquent la vie des parents qui ont un enfant handicapé et par un mélange d’observations concrètes , « de vous à moi », nous livre des repères indispensables pour comprendre ,et pourquoi pas, agir.
le livre de Christelle est la description de sa vie,de ses combats quotidiens mais aussi de son indépendance farouche pour faire mentir les clichés et autres idées préconçues sur le handicap.
non sans humour , elle sonde plus avant, ses angoisses et ses joies dans cette parentalité «extra-ordinaire» .

Christian Mallarmé

Je viens de terminer la lecture de votre ouvrage « de vous à moi ».
Ce livre m’a beaucoup touché : vous exprimez fort bien , avec les mots justes , de que ressentent les parents d’enfants différents, et l’épreuve pluri quotidienne qui est … »d’affronter le regard des autres « .
Tout médecin devrait lire ce livre avant de commencer à exercer !

M Iselin, cardiologue

Je viens de dévorer le nouveau livre de Christelle Angano
« DE VOUS A MOI ». Je suis plutôt spécialiste de polar mais je l’ai lu d’une traite

Jean-Luc Peucat

Christelle Angano y dévoile son regard, son expérience. Nous y retrouvons l’attitude des professionnels, notre regard et comportement en tant qu’amis, voisins ou simples passants.
Témoignage concis, ancré dans les actes concrets et, pour nous, « simples » du quotidien. Texte quelque fois poétique, lumineux. Si vous recherchez un roman dramatique et « larmoyant », passez votre chemin.
Cet hymne à la vie, quelques soit les surprises qu’Elle nous réserve, se lit facilement grâce à cette succession de petits textes (2/3 pages) sur un fait, un regard, une posture.
J’invite tous lecteurs à découvrir le monde de cette mère. Qui n’a jamais été mal à l’aise suite à la révélation d’un drame passé, ou n’a jamais croisé un « enfant baroque » ?
Merci à l’auteur d’avoir fait le choix de partager et de supporter, en plus, le jugement du travail d’écriture, à Babelio, son opération Masse critique et aux éditions de la rémanence d’avoir « jouer le jeu ».

Fun 177

De vous à moi

Je viens de terminer la lecture de votre ouvrage « de vous à moi ».
Ce livre m’a beaucoup touché : vous exprimez fort bien , avec les mots justes , de que ressentent les parents d’enfants différents, et l’épreuve pluri-quotidienne qui est … »d’affronter le regard des autres « .
Tout médecin devrait lire ce livre avant de commencer à exercer !

 

M Iselin, cardiologue.