Nouveau retour sur Babelio

« Les fleurs ne sont pas faites pour être coupées », voilà, tout est dit, ou presque…
Cependant, comme j’ai vraiment beaucoup aimé ce livre et que j’ai vraiment envie que vous le découvriez à votre tour, je vais détailler un peu plus.
Ce livre parle d’une pratique encore trop souvent pratiquée : l’excision.
On y raconte l’histoire de Mebrat, une jeune éthiopienne, qui vient d’accoucher de sa seconde fille et qui va décider de ne pas la faire exciser. Or vous vous doutez bien qu’une telle décision, qui va à l’encontre des traditions, n’est pas simple à prendre et peut être lourde de conséquences… Dans ce combat, elle a cependant la chance d’être épaulée par son mari, car oui, l’excision n’est pas seulement le problème des femmes, le changement se construit aussi et surtout avec l’aide des hommes. Ainsi, un petit pas après l’autre, la parole va se faire entendre et les choses changer…

Vous l’avez compris, le sujet est assez dur et pourtant il est abordé avec beaucoup de délicatesse. Ici pas de jugement sur ces traditions -d’ailleurs l’auteure donne aussi la parole à l’exciseuse du village-, juste l’envie de montrer que les femmes ne sont plus obligées de subir.

Un livre magnifique !

 

Merci, merci, merci… à vous pour ce retour.

Les fleurs du lac, sur Babelio…

Même si on préférerait que ce roman n’existe pas, la tradition de l’excision des petites filles dans certains villages africains est malheureusement toujours d’actualité.
Christelle Angano nous livre ici un magnifique roman sur cette tradition qui mutile encore beaucoup de petites filles, elle n’est pas du tout accusatrice dans ce roman, mais essaye au contraire de nous faire comprendre pourquoi cette tradition a toujours cours, à travers l’histoire de Mebrat qui décide de ne pas faire exciser sa deuxième fille. Mebrat va donc livrer un combat dans son village où personne ne comprend sa décision, mais où personne ne comprend non plus pourquoi cette tradition est en place.
C’est vraiment un magnifique roman qui se lit d’une traite et je remercie l’auteure de m’avoir permis d’en connaître un peu plus sur cette tradition qui je l’espère disparaîtra très vite.

 

Merci infiniment pour ce retour…

Un retour pour Les Fleurs du lac

Raconter une telle déchirure avec autant de « poésie » et de respect de toutes les personnes quelles qu’elles soient.. chapeau bas 👏 j’ai en même temps voyagé. J’ai adoré votre bouquin et suis bien désolée de n’avoir pu venir vous rencontrer lors de votre visite au Havre. En attendant, continuons de soutenir ce long combat.

Une lumière dans la nuit et Fred 28

 

 

 

 

La guerre permet à certain d’entre nous de montrer ce que nous sommes réellement … Cette histoire nous met en présence d’une femme d’un courage exemplaire face à l’ennemi … et qui a donné sa vie pour la France …
Bravo pour ce roman tout en émotion … qui se lit comme une aventure …

 

Merci Fred 28 de Babelio…

Coup de cœur sur Instagram

Je ne sais que dire à la lecture de ce coup de cœur, qui ressemble à un vrai « coup de foudre ». je suis très émue et fière d’être à l’origine de cette émotion. Je vous remercie Anne pour ce retour qui me touche infiniment…
****
Lorsque j’ai fini ma lecture, j’ai ressenti le besoin d’écrire immédiatement toutes les émotions qui se mélangeaient en moi.
.
Nous suivons Mebrat, une jeune éthiopienne qui habite un village pratiquant malheureusement encore l’excision. Elle va finalement s’opposer à cette tradition et nous allons suivre les évènements futurs.
.
Avant que j’ouvre ce livre, je n’avais aucune idée de ce qu’était l’excision, j’ai du me renseigner. De nos jours, il devrait pourtant être primordial de savoir ce que vivent encore des milliers de femmes dans le monde. Comme nous l’explique si bien Christelle Angano, il n’y a pas qu’en Éthiopie que l’excision perdure.
.
Cette histoire et la vie de Mebrat sont absolument incroyables. Les personnages sont tous uniques en leur genre. J’ai, durant toute ma lecture, imaginé chacune des phrases, magnifiquement bien écrites, dans mon esprit.
.
Ce livre détrône officiellement tous ceux que j’ai pu lire jusqu’à présent. Un immense bravo à Christelle Angano ! Ce roman est un chef-d’œuvre, une pure divinité 💎❤️

Les Fleurs du lac et Catherine Carteau (Salon du livre de Cheux)

What do you want to do ?

New mail

Sur babelio…
Avec « les fleurs du lac » Christelle Angano aborde le sujet grave de l’excision, une coutume barbare qui hélas se pratique encore de nos jours dans bon nombre de pays, dont l’Éthiopie, le pays de la jeune Mebrat, l’héroïne du roman. Cette jeune femme moderne qui vient d’être maman va refuser de donner sa fillette à une exciseuse comme le veut la coutume. de ce fait c’est tout un village indigné qui va se dresser contre elle. Alors cédera t-elle ou pas à la pression ? Ecrit avec beaucoup de tact et de délicatesse, ce magnifique roman rend un vibrant hommage aux femmes qui refusent la barbarie de ces traditions d’un autre âge. Avec pour décors les paysages magnifiquement décrits de l’Éthiopie, nous entrons complètement dans ce sujet grave porteur d’espoir qui nous émeut profondément. L’auteure a passé son enfance en Éthiopie et on ressent à chaque page l’amour qu’elle porte à ce pays si beau. Une très belle lecture !

Les fleurs du lac et Kremit…

Vu sur Babelio…

 

Voici une histoire magnifique et bouleversante sur l’excision, que j’ai lue d’une traite. Nous suivons ici les destins croisés de 4 femmes d’une même famille. Merbat, le pivot central, va se dresser un jour contre son village tout entier pour s’opposer à l’excision, et ce sont plusieurs vies qui s’en trouveront bouleversées. Notre regard sur l’excision et les traditions séculaires se trouve changé à jamais après cette lecture.

What do you want to do ?

New mail

Les Fleurs du lac et Nelly

Ton bouquin, les fleurs du lac, en plus de plaider une cause souvent oubliée est un merveilleux voyage en Abyssinie. Je le trouve très réussi!

bravo Chris.

ce retour me touche. Forcément… Nelly connaît l’Éthiopie. Nous nous y sommes rencontrées : elle était ma prof d’espagnol…

Hasta luego chère Nelly…

What do you want to do ?

New mail

Denis Brillet et Les Fleurs du lac

Dans « Les fleurs du lac », Christelle Angano s’attaque à un sujet hautement sensible: l’excision. Mais elle le fait sur de bonnes bases, d’abord parce qu’elle connaît pour y avoir vécu le pays dont elle parle, ensuite parce qu’elle a évité avec brio le piège du manichéisme. Il s’agit à vrai dire autant d’un roman que d’un plaidoyer, expurgé de tout voyeurisme. Il fallait pour cela comprendre le pays de l’intérieur, sa culture, ses règles, écarter la tentation du jugement, porter sur les héros du livre la même empathie. Ceux-ci sont victimes de traditions séculaires qu’un membre, puis deux, puis trois…, de la communauté entreprennent un jour de bouleverser (à quel prix !) quand elles/ils les jugent obsolètes. Christelle Angano a parfaitement compris la complexité de la mécanique sociale en jeu, de sorte que le regard qu’elle a posé sur ses personnages frise parfois la sociologie. De sorte aussi qu’elle a laissé à chacun sa part de dignité.

What do you want to do ?

New mail

Denis Brillet, auteur
What do you want to do ?

New mail

Les fleurs du lac et Ilse 14

J’ai commencé ce court roman un soir… et je n’ai pas réussi à le lâcher avant la fin.

On découvre l’excision du point de vue d’une mère, elle-même ancienne victime, et les « raisons » des uns et des autres.

C’est aussi un bel hommage à l’Ethiopie, dont l’auteure parle avec amour…

 

Merci pour ce retour…

What do you want to do ?

New mail