Les fleurs du lac et le Docteur Morissanda Kouyaté

 

What do you want to do ?

New mail

Je l’ai lu avec beaucoup de plaisir et il est recommandable au plus haut niveau.
Félicitations.
Le Dr Morissanda Kouyaté est le médecin exécutif du Comité inter-africain sur les pratiques traditionnelles.
Vous pouvez imaginer à quel point ce retour est important pour moi !

Les fleurs du lac et… Astasie

Dans le monde, une fillette es excisée toutes les dix secondes «

En Éthiopie toutes les femmes sont excisées, c’est une coutume. On doit le faire.
Mais un jour, Mebrat refuse. Elle est excisée, sa fille aînée aussi mais pour cette deuxième fille ,Shoaye, elle ne veut plus de ce barbarisme. Elle veut que sa fille soit une femme à part entière. Elle refusera de remplacer sa belle – mère qui est l’exciseuse attitrée et qui va devoir arrêter après des années de travail .
« tu seras une femme fière et entière »
Non, on ne te coupera pas.
je n’ai pas eu ce courage pour ta soeur, je l’aurai pour toi. Je n’ai plus peur.»

« Les fleurs ne sont pas faites pour être coupées »
Son mari est à ses côtés. le village va se liguer contre elle. Ce sera long, mais elle luttera contre tous. Peu à peu d’autres personnes la suivront.
Shoaye adulte, deviendra médecin. Elle proposera aux femmes mutilées une reconstruction de leur intimité.
Un sujet malheureusement encore d’actualité de nos jours, que l’auteur aborde avec délicatesse , sans jugement, juste des faits.
J’ai aimé ce livre, le sujet est fort mais l’auteur a su nous plonger dans ce pays aux couleurs chatoyantes et aux odeurs de café grillé malgré le sujet du livre.
L’excision est un acte grave, il faut continuer à informer , et à faire prendre conscience qu’il peut être abandonné, le chemin sera très long…

 

https://livresdunjourblog.wordpress.com/2020/01/04/les-fleurs-du-lac-de-christelle-angano/

Les Fleurs du lac, comme un pont… une main tendue.

Les personnages de ce livre si important m’ont permis de trouver l’écoute et les mots justes et face à une jeune maman d’une fillette de 20 mois qui a fui la Mauritanie pour éviter que sa belle mère fasse subir cette mutilation à son enfant.

 

Merci Valérie pour ce témoignage. Il est assez bouleversant pour moi. Que mes personnages aient pu t’aider, et surtout aider cette jeune maman, me trouble au plus haut point.

Chère Valérie, je serais ravie d’offrir mon roman à cette jeune maman…

 

Les fleurs du lac et Anne Gaëlle

À propos du retour de M Schiappa

Une reconnaissance bien méritée pour ton engagement et la délicatesse de ton écriture. Quelle beauté d’avoir su parler d’actes si violents avec tant de pudeur et de poésie. Bel hommage à la féminité🌸🌹Merci Christelle

Les fleurs du lac… et la ministre

Retour :

Très sensible à votre démarche, je viens à vous remercier chaleureusement.

Le combat de Mebrat contre l’excision participe pleinement aux actions que je conduis contre ces pratiques insoutenables. En France comme partout dans le monde, les mutilations sexuelles féminines sont des atteintes inadmissibles à l’intégrité et aux droits fondamentaux des femmes et des petites filles.

En France, l’excision concerne entre 40 000 et 60 000 femmes. Afin de lutter contre ce fléau, le Gouvernement a mis en place un grand plan national d’action visant à mieux repérer les victimes et financer les réparations.

[…]

Reçu ce matin… Retour de lecture de Marlène Schiappa…

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Les fleurs du lac et Michel

J’ai lu LES FLEURS DU LAC De Christelle Angano
Aux éditions Rémanence

Oui …
Les fleurs du Lac …

De par cette photo de couverture de ce roman vérité , je me suis trouvé ,en tant homme … Comme ayant reçu une droite d’un boxeur. 

Me laissant groggy !!

Difficile d’employer des mots durs comme « » barbarie » » sur des traditions ancestrales d’un pays , la tradition veut que les petites filles Éthiopiennes soient excisées !!

Oh là !! C’est quoi ce mot plein de maux ?


Une guerre sans merci , de femmes , de mères ,de soeurs s’élevant contre cette coutume , oh combien dévastatrice ? Faut il la mort de la petite Moulou pour agir ??
..
Des discussions enfin sous un arbre à Palabres près du lac , de Yared et Aklilou homme sage ,chef de village … Des hommes qui se montrent dans ces histoires de femmes .. Ce mot dur « la lame » suffit il ? Pour que l’on prenne conscience que cet héritage de mère en fille est très nocif pour le savoir être de chaque femme dans une vie amoureuse et génitrice ?

Que de questions en parcourant les premières lignes de ce témoignage roman !!! Oui c’est vrai nous les hommes comparons par tendresse, les femmes à des fleurs … Oui c’est vrai , « Les fleurs ne sont pas faites pour être coupées » c’est ainsi le combat de Mebrat ,de Shoayé , colporté par la journaliste , » » Reine Pardon » » nom prédestiné, qui pourrait ouvrir les pages des » Fleurs du Lac »
Merci Chris Angano !

Merci Michel pour ce ressenti. Pour la « violence » de ce retour. Oui, la mort de Moulou est un upercut. Elle mérite que nous soyons groggy. C’est pour elle, pour elles toutes que j’ai voulu écrire ce roman.
Par contre, et heureusement, toutes les petites filles Éthiopiennes ne sont pas ainsi mutilées. Cela dépend, des régions, des familles… Cela reste assez mystérieux. Quoi qu’il en soit, ici ou ailleurs :
Les fleurs ne sont pas faites pour être coupées

Les fleurs du lac et Sylvie

« Une belle histoire pleine d’espoir, racontée simplement malgré la dureté du sujet. J’aime beaucoup votre style d’écriture ».