Retour de lecture

les fleurs ne sont pas faites pour être coupées".

En quelques mots tout est dit. Christelle Angano publie aux éditions La Rémanence un texte délicat sur un sujet sensible objet de discordes et de polémiques.
Ouvrez Les fleurs du lac , soyez à l'écoute et accordez toute votre attention à ces jeunes filles "mutilées" à vie, pour leur bien et celui de la société disent les traditionalistes, pour leur plus grand malheur disent tous les autres.
Un texte plein de délicatesse donc, où chaque mot est pesé soupesé. Pas de jugement de valeur exprimé juste des faits et au bout l'espoir que bientôt cette pratique tombera dans la désuétude . En attendant le chemin semble être encore long mais comme le dit ce beau proverbe éthiopien 
La vérité et le matin deviennent lumière avec le temps.
https://www.netgalley.fr/catalog/book/162997
Merci aux éditions la Rémanence pour ce partage #LesFleursDuLac #NetGalleyFrance

Les fleurs du lac et Laetitia

c’est un roman engagé contre l’excision, militant sans être juge
c’est un voyage vers l’Ethiopie, l’auteur nous invite au voyage dans de superbes descriptions…
c’est aussi l’histoire d’une femme courageuse, soutenue par un mari aimant, portée par l’amour de ses filles…
J’aime de plus en plus la plume de Christelle Angano qui évolue au fil de ses romans. Elle est de plus en plus fluide et en même temps de plus en plus descriptive. Je trouve qu’on voyage vachement sur le dernier, vous avez une belle capacité à décrire les choses pour qu’on les visualise. J’adore.
c’est un livre que j’ai envie de partager avec mes amies, mes sœurs, mes nièces mais aussi avec les hommes autour de moi. Ce livre invite au partage, à la discussion.

Merci pour ces beaux compliments. Et le fait de lire que ce roman invite à la discussion et au partage me comble d’aise…

Les fleurs du lac, et Marie-Jo Bonnet

Je viens de terminer ce très beau roman de Christelle sur l excision. N hésitez pas à le lire et à le faire circuler. Pour le GAMS également dont c’est le combat.

Marie-Jo Bonnet

Je suis très fière de ce retour. Une spécialiste de l’histoire des femmes et de la résistance… pour une histoire de femmes qui résistent.

Merci Marie-Jo d’avoir fait le voyage et d’avoir passé du temps avec Mebrat et ses ami(e)s.

Un retour sur Babelio…

https://www.babelio.com/livres/Angano-Les-fleurs-du-lac/1137291

Je remercie Les éditions de la Rémanence pour l’envoi, via net galley, du roman Les fleurs du lac de Christelle Angano
Mebrat est éthiopienne. Dans son village, on pratique encore l’excision. C’est contre cette tradition que la jeune femme, moderne et courageuse, va décider de s’élever en refusant de confier sa cadette à l’exciseuse.
Comment réagira le village ?
Les fleurs du lac est un court roman qui m’a captivé de la première à la dernière page.
Il commence dans les années 80, en Ethiopie, dans un village où toutes les petites filles se font exciser. C’est ainsi, il est impossible de ne pas se soumettre à cette tradition.

Pourtant, Mebrat devient contre ses pratiques quand elle assiste à la mort d’un bébé. Et il devient évident pour elle (et pour son mari) qu’elle ne fera pas exciser sa seconde fille.
Peut t’on se mettre contre les traditions ? Les refuser ? Et combattre tout un village ?
Mebrat et son mari ont cette volonté, cette force et ce combat est admirable.
Les fleurs ne sont pas faites pour être coupées répète Mebrat, et elle a bien raison. C’est d’ailleurs cette phrase qu’elle dit souvent à sa jeune fille, pour qu’elle comprenne et accepte sa différence par rapport à sa soeur et leurs camarades.
Les fleurs du lac est un roman vraiment poignant, qui parle d’un sujet peu traité et méconnu, voir carrément tabou dans certaines cultures. Pourtant, toutes les 10 secondes, on excise une petite fille !! Cela fait réfléchir…

J’ai adoré cette lecture, parfois difficile mais nécessaire. C’est un roman, mais il reflète une certaine réalité, qui me fait froid dans le dos.
Ma note : un énorme cinq étoiles.

Merci pour ce retour et pour votre « énorme » cinq étoiles…Il me touche… énormément 🙂

De mère en fille

Je suis très touchée par cette chronique et par cette mère qui décide de faire lire Les fleurs du lac à ses filles. L’auteure, la femme, la mère mais aussi l’enseignante… Quand l’écriture, et la lecture, se font relais d’une pensée, d’un combat. Quelle belle émotion.

Les fleurs du lac et Christine

Les fleurs du lac…  Étonnant de simplicité et de clarté…. Bravo ! Une petite tache d’huile qui ne demande qu’à se répandre …. pleine d’espoir.

Les fleurs du lac et Stéphanie

Quand j’ai reçu ce livre,j’ai laissé celui en cours tout juste commencé.
Il me tardait de savoir comment Christelle Angano,qui avait déjà traité avec sensibilité et pudeur des sujets délicats comme le handicap et la perte d’un enfant,allait s’y prendre à propos de l’excision.
Ce fléau qu’on imagine, à tort, lointain et dont, il faut le reconnaître,on ne se sent pas d’emblée concerné, même en tant que femme.
Une fois de plus j’ai été touchée par la plume de l’auteure,qui met toujours la même volonté à mettre en lumière un sujet qui semble la concerner de près, quand ce n’est pas directement.
Toujours avec humanité et retenue,ici grâce à un mélange dosé entre les descriptions détaillées d’un pays auquel on la sait très attachée, l’Éthiopie, et l’envers de la carte postale.
On la sent proche et solidaire de ces femmes mutilées dont elle contribue avec cet ouvrage à faire connaître la situation pour mieux les défendre
Sans jamais porter de jugement.
Ces femmes courageuses qui vont,malgré tous les risques encourus, à l’encontre d’un rite ancestral bien ancré dans les diktats socio-culturels,pour l’éradiquer.
Délicat,optimiste,lumineux et nécessaire sont des adjectifs que j’utiliserais pour qualifier ce livre qui porte brillamment une cause.
Sans occulter l’idée que le combat n’est pas terminé, l’auteure distille toujours des notes d’espoir qui se caractérisent ici par l’évidence d’une prise de conscience collective en progrès,y compris de la part des hommes.
Un livre à lire absolument.