Une sonate et la dame de Fécamp

J’ai eu beaucoup de plaisir à lire ce petit roman comme une nouvelle bienveillante .
Je me suis laissée bercer par la poésie et la douceur qui s’en dégageait ; surtout quand ce Marin a fait irruption dans le livre .
Cette jeune femme originale portait un mystère en elle que je cherchais à percer .
Le dénouement est brutal et douloureux !
Aviez-vous pensé à cette fin dès le début du roman ?
Croyez-vous que l’Art aide à surmonter les épreuves de la vie ?
Elle semble bien seule cette Julie Anne …et faut-il croire , comme dans la chanson de Diane Tell , que l’on est toujours tout seul au monde ?
Vos personnages sont attachants et fragiles .
Bravo pour la mise en scène !
Quant à votre style , léger et particulier … parce que  » libre » .

Marie Rose

Bonjour de bon matin,
Il est un peu tôt pour vous écrire un petit mot. Mais tant pis, je suis nul en orthographe mais j’aime la lecture depuis toujours. Je fini d’apprécier votre livre.  » la dame de Fécamp  » c’est pour vous féliciter et vous remercier de me faire passer un si bon moment (ma nuit étant trop longue comparé à mon besoin de sommeil.)
J’aime tout dans votre livre.
L’objet en lui même sa présentation , sa composition et sa mise en page.
J’aime les personnages , les lieux et l’histoire
Félicitation vraiment .
Vous avez une très belle écriture.

Stéphanie

Je viens de passer un très joli moment en compagnie de la Dame de Fécamp. Histoire touchante, écriture sobre et poétique à la fois, j’ai aimé.

Lili Cros

Comment rester indemne avec un tel roman ? Je suis encore essoufflé d’avoir pu accompagner Julie Anne ici à Paris , ici à Caen , ici à Honfleur , puis Lyon et un tour dans le désert marocain , Caressant ses cheveux roux ,volants au vent ,tenus avec un crayon ..De la première page .. A la toute dernière page …Où … Je suis encore tout chamboulé…Bouleversant …Ce roman qui me donne envie de crier … Pour cette dame de Fécamp, au son d’une sonate, qui fait l’amour avec un violoncelle et de la pierre ..

Michel Lucas

Bonsoir Christelle,
J’ai aimé le voyage tendre et douloureux de « La dame de Fécamp ». Son errance musicienne et normande a été, malgré la douleur du sujet, un bonheur…

Didier Malhaire, auteur

C’est un roman d’une grande poésie, à l’écriture fluide et soyeuse, qui nous porte sans jamais se dévoiler vers l’aboutissement d’une quête lumineuse.
Un roman qui accompagne longtemps, bien longtemps après en avoir refermé les pages.

Olivier Bass, auteur

Un joli premier roman de Christelle Angano, que j’ai lu deux fois. Hymne à la sensation, donnée par une peau, une musique, une sculpture, un paysage… Chaque mot apporte une note d’émotion, les personnages nous semblent tout de suite familiers et nous les accompagnons dans leur quête pour absorber toute la richesse de la vie, avant qu’il ne soit trop tard… Je suis bien sûr sensible aux lieux rencontrés dans ce livre, étant moi-même d’origine normande.

Hongrie

Un livre bref, simple, touchant, et qui va à l’essentiel, c’est à dire qu’il émeut.

Ritonussius