Ce que le confinement a changé…

dans ma vie…

What do you want to do ?

New mail

Pas mal de choses forcément et en même temps, rien du tout.
En fait cela me permet de me « reconnecter ». Oui, c’est ça. Me reconnecter (et le terme n’est pas anodin).
J’ai choisi de « positiver » cette période difficile. Attention, ne me faites pas dire ce que je n’ai pas dit. Je n’ai pas dit que c’était une aubaine !
J’en profite pour développer ma relation avec ma fille, par exemple. Confinement = ESAT fermé. J’avais quelques craintes, forcément. Une fois encore, la présence de Mélina impacte beaucoup sur ma façon d’être. Je suis en quelque sorte son « baromètre ». Je ne dois donc pas me laisser emporter par le stress.
J’ai dû revoir aussi ma façon de travailler. J’entends déjà celles et ceux qui disent « ah les profs sont encore en vacances du coup »… Eh bien sachez, mesdames et messieurs les grincheux, que vous ne savez pas de quoi vous parlez. En un weekend, je me suis formée au téléenseignement, à la visioconférence. Je développe des stratégies pour que es élèves gardent l’envie de… Que le contact perdure.
Et, dois-je l’avouer, j’adore ça. Mais ce qui apparaît et m’attriste, c’est que ces outils, si extraordinaires qu’ils soient, ont pour effet, une fois encore de « creuser » un fossé (non virtuel celui-là) entre mes élèves selon le »niveau social ». Alors, je téléphone à mes élèves « non connectés ». Mais tout de même. L’école n’est pas la même pour tout le monde. Et cela fait mal. Bien sûr, il y a aussi les familles qui « télétravaillent ». Et puis, quand il y a une fratrie, nous devons, nous enseignants, ne pas oublier que tous n’ont peut-être pas un ordinateur personnel. Bref, ce n’est pas simple quand on refuse un eseignement qui serait à deux vitesses.
Bien sûr, je me suis dit quelle « opportunité » pour démarrer un roman, pour finir aussi de travailler sur Clara. Là, je me trompais… pour le moment, j’ai un peu plus de difficultés en ce qui concerne l’inspiration. Mais cela va venir.
Avant, je pense à toutes celles et ceux qui sont confinés dans un petit espace, sans balcon, sans jardin… Je pense à celles et ceux, peut-être enfermés avec une personne violente, pour lesquel(le)s cette période est un enfer. je pense à celles et ceux qui viennent de perdre un être cher, ou qui vont en perdre un, et qui n’ont pas pu aller lui dire adieu. Je pense à celles et ceux qui sont malades, à mes copines qui devaient être opérées prochainement et dont l’intervention a été reportée ; elles doivent, elles, être rongées par le stress. Je pense bien sûr à tous les soignants qui sont sur le pied de guerre en ce moment.
Et surtout, surtout… Je refuse de céder à la mode actuelle : sombrer dans l’agressivité. Ce que je lis çà et là me fait frissonner. Non, je ne dénoncerai pas le gamin qui ose se balader ; non, je ne veux pas connaître l’identité des personnes infectées dans ma petite ville ; non, je ne dévaliserai pas les magasins… Non…
Par contre, Bravo aux artistes mais pas seulement, qui nous « offrent » leur talent : Renaud Capuçon qui nous régale, Lili Cros et Thierry Chazelle que j’aime tant, Fabrice Lucchini qui nous permet de redécouvrir La Fontaine, et j’en passe. Merci à vous…
A ce propos, je suis fière de contribuer à cela, grâce à mon éditrice. En effet, le cabanon jaune est téléchargeable gratuitement. J’aime cette idée que peut-être, il adoucira le confinement de quelqu’un.
je vous embrasse toutes et tous.
What do you want to do ?

New mail

0 réponses

Laisser un commentaire

Participez-vous à la discussion?
N'hésitez pas à contribuer!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *