Cellulite est orpheline…

 

 

Et j’ai l’impression une partie de mon adolescence. Claire Bretécher est morte et cela me fait de la peine. Beaucoup de peine. Je crois que j’ai toujours été attachée à ses personnages, et la femme aussi, même si je ne la connaissais pas. Claire Bretécher est entrée dans ma vie quand j’étais ado, une ado un peu boulotte, pleine d’états d’âme et de complexes.

Et j’ai découvert l’auteure, la dessinatrice, la femme. Et je l’ai admirée. Elle m’épatait, seule dans un univers essentiellement masculin.Et puis je la trouvais belle, si belle…

Je crois me souvenir d’une interview dans laquelle elle expliquait ne pas être féministe, dans le sens militant du terme.

Elle était Claire Bretécher, et cela suffisait. Le choix de son art, de ses personnages, de son message suffisait.

Il y a quelques années, alors que l’on remettait le prix Handilivre à Beaubourg, je me souviens qu’une expo lui était consacrée . Quel bonheur !

Salut Claire… Tes personnages vont continuer de me suivre. Longtemps.

Merci de faire un peu partie de ma vie…

0 réponses

Laisser un commentaire

Participez-vous à la discussion?
N'hésitez pas à contribuer!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *