Départ

 

Et te voilà parti, mon tricoteur d’étoiles

Le ciel swingue pour toi sur un air de Miller

Et Suzanne t’emmène écouter les sirènes

Quelque part, pas trop loin, tout au fond de mon cœur

Vous voilà réunis et je n’ai plus de peine

Je te sais libéré, et apaisé enfin.

 

Mais que je me sens seule et que le cœur me fend !

 

La forêt ton amie et la biche et le faon

Te chuchotent à l’oreille qu’ils ne t’oublieront pas.

Les plages du Maroc se souviendront de Toi.

Les vagues, les embruns te chantent ta chanson.

Qui parle de départ, d’horizons inconnus.

Oui la vie te pesait, te voilà libre enfin !

 

Mais que je me sens seule et que le cœur me fend

 

Il me reste maintenant un air de Glenn Miller

In the mood mon ami et aussi la jetée

De Honfleur, la jolie, où je retournerai,

Mon bouquet de statis un gros pull tricoté

Ce que l’on s’est donné, ce que tu m’as appris.

Nos rires partagés, une danse, un sourire.

 

Mais que je me sens seule et que le cœur me fend

 

Angano

0 réponses

Laisser un commentaire

Participez-vous à la discussion?
N'hésitez pas à contribuer!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *