Ellen, la poète

Poésie et confinement : pour s’évader.

Vauville

Certains ne trouvent jamais la mer assez chaude

Et d’autres trouvent les galets très douloureux

Car ils cherchent les lagons émeraudes

Et que les courants violents ne sont pas pour eux

***

Certains n’apprécient pas les beaux endroits sauvages

Et peu leurs importe l’assèchement des mares

Car ils cherchent tous les grandes et belles plages

Et qu’ils prennent la fuite quand vient le brouillard

***

Mais mon bonheur n’est pas sur une île tropicale

Ou bien en photo sur une carte postale

Il se trouve à Vauville, mon havre familial

***

Car les bruits des vagues recouvrant les galets

Se mêlent aux rires des cousins amusés

Et résonne en moi comme les plus beaux étés.

 

0 réponses

Laisser un commentaire

Participez-vous à la discussion?
N'hésitez pas à contribuer!

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *