Et l’on reparle de la peine de mort

Petite Chloé,

Bien sûr, ton calvaire et ta disparition me bouleversent. Comment en serait-ce autrement ? Toi si petite et si confiante. Tu jouais, innocemment et tu as croisé  … Comment nommer l’innommable ? Un monstre ? Un fou ? Un bourreau, un assassin. Et l’horreur. Le jour de tes obsèques, j’ai pensé à Toi très fort, moi qui ai eu aussi à enterrer un enfant. J’ai pensé à ta maman aussi. Forcément. Et si mes mots pouvaient la consoler, la rassurer, l’aider tout simplement, je serais ravie de le faire.

Et pourtant.

Ce que j’entends un peu partout me fait peur. Ce sont appels à la haine. Non pas à la Justice, mais à la vengeance. Au lynchage.

Bien sûr, tu étais une merveilleuse petite fille, certainement. Mais cet assassin (qu’il ne soit pas nommé ici), reste un homme. Et on ne tue pas les hommes sous peine de devenir aussi des assassins.

Évidemment l’argument imparable reste « et si c’était ta fille …  »

Bien sûr …

Mais si c’était ma fille, j’aurais soif de vengeance peut-être. Je ne serais donc plus apte à avoir une analyse posée et objective.

Alors oui, je suis contre, fondamentalement contre et je serai TOUJOURS contre la peine de mort. Et je trouve fou de lire tout ce que l’on peut lire ici ou là. Oui la peine de mort est abolie en France et je m’en flatte.

Alors je ne peux m’empêcher de partager ce discours si important et de remercier R Badinter. J’étais trop jeune pour voter en 81 mais j’aurais été fière de le faire. Je me souviens avoir écouté ce discours.

0 réponses

Laisser un commentaire

Participez-vous à la discussion?
N'hésitez pas à contribuer!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *