Instant « poésie »

Bravo Lucy, c’est très très beau.

 

Entre les troncs centenaires, à l’endroit où murmurent les plantes, se cache une maisonnette enlacée par le lierre sauvage. Les rayons du soleil qui percent le voile de feuillage teintent d’or les murs de bois lisse. Au sol s’entassent tapis, coussins et couvertures d’où s’échappe une douce odeur de lavande qui caresse les narines. Parfois se faufile dans le filet végétal une mésange curieuse, qui vient profiter du silence apaisant.

 

0 réponses

Laisser un commentaire

Participez-vous à la discussion?
N'hésitez pas à contribuer!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *