La femme-puzzle

A l’occasion du 8 mars, on m’a demandé d’écrire un texte.  Voici donc La Femme-Puzzle. Je vous en dirai davantage bientôt…

 

 

« Le féminisme est un humanisme, ce n’est pas une guerre de tranchées »

Christiane Taubira

Qu’y a-t-il de commun entre une jeune Afghane, une précieuse du XVIIè siècle, une vieille Tibétaine, mes aïeules et moi — même ?

Tout.

Et rien, à vrai dire.

Être une femme…

Il m’a fallu du temps pour comprendre l’importance du 8 mars. J’y voyais « la journée des femmes », celle du « attends chérie, je vais faire la vaisselle, c’est ta journée », celle du « voici des roses pour toi achetées ».

J’ai fini par comprendre que ce n’était pas la journée de la femme, mais la Journée internationale des droits des femmes. La donnée est différente.

Je reprends donc ma question. Y’a-t-il des différences en ce qui concerne les droits d’une femme afghane, anglaise, française, tibétaine ou éthiopienne ?

Bien sûr que oui. Et cela fait mal.

Ainsi, je dois d’être la femme que je suis, que je suis devenue, que je n’en finis pas de devenir aux combats de mes aînées, mes « mères symboliques » pour reprendre la formule de l’historienne Marie-Jo Bonnet (La maternité symbolique, Albin Michel).

Je me souviens, adolescente, de mon émotion en prenant connaissance de l’histoire d’Olympe de Gouges et de sa Déclaration des droits de la femme et de la citoyenne ; femme éprise de justice et d’égalité, à en mourir puisque cela la mena à l’échafaud. Elle fait partie de ces femmes dont je me sens « redevable ». Elle n’est pas la seule. Si je peux m’exprimer aujourd’hui en tant que citoyenne, notamment à travers le vote, je n’oublie pas que c’est somme toute assez récent. Et si l’on doit au général de Gaulle d’avoir le droit de vote depuis 1944, comment oublier qu’au XIXe siècle, Louise Weiss se battait déjà pour que nous puissions être des citoyennes à part entière.

Oui, j’aime toutes ces femmes qui ont permis que je sois aujourd’hui celle que je suis, qui se sont battues pour moi. Je pense aussi aux femmes de lettres, à Christine de Pizan qui déjà au XVe siècle avait choisi de prendre position contre les préjugés sexistes et que l’on considère comme la première femme ayant vécu de sa plume, je pense à Madame de Sévigné qui « profita » d’un veuvage précoce et d’une situation confortable pour donner à sa plume toute sa liberté, à George Sand qui n’a pas hésité à prendre un pseudonyme masculin pour écrire et vivre une vie, entre autres amoureuse, libérée.

Oui, je pense à toutes ces femmes, et je sens au fond de moi, que je leur dois beaucoup. Ce petit texte est pour elles.

À cet héritage historique s’ajoute celui, familial. Une grand-mère qui n’a eu de cesse de me pousser à « étudier pour avoir un travail et être indépendante », à mon arrière-grand-mère, morte à Ravensbrück pour avoir résisté. Elles sont toujours là, près de moi et n’en finissent pas de m’inspirer.

« Une Femme-puzzle » … C’est ainsi que je me définis. Cet héritage culturel, celui de mes aïeules, font partie des pièces qui le constituent. J’y rajoute l’éducation que mes parents m’ont donnée, l’école et les enseignants qui m’ont amenée à la pensée, les voyages que j’ai eu la chance de faire, l’Éthiopie qui m’a tant appris, mes amours, mes amitiés, mes maternités, mes chagrins, mes colères, mon choix d’enseigner, celui d’écrire. Chaque femme a « son puzzle ». Il n’y a pas de règle.

Ainsi, la maternité…

Je ne pense pas qu’il faille être mère pour être femme, contrairement à ce que certain(e)s semblent penser. Cependant, ce qui est essentiel, ce qui est fondamental, c’est d’avoir le choix. Choix d’être mère ou de ne l’être pas.

Oui, à bien y réfléchir, cette notion de choix m’apparaît comme la clé de voûte, de la construction d’une personne. Que l’on soit femme ou homme.

Mais parlons des femmes. Une fois encore, ce sont les combats de mes aîné(e)s qui ont permis que mes maternités soient désirées. Merci donc à la loi Neuwisth (Lucien, de son prénom) qui, en 1967, a permis aux femmes d’avoir recours à la contraception, et à Simone Veil et, ne l’oublions pas, à Valéry Giscard d’Estaing qui en 1975, ont permis que l’on puisse interrompre une grossesse non désirée.

Oui, la femme que je suis aujourd’hui est la somme de ces revendications. Et je sais gré à toutes celles qui se sont battues pour cela. Pour autant, je ne dois pas oublier que toutes les femmes n’ont pas ma chance, notre chance. Celle d’être née dans un pays qui n’en finit pas de militer pour que les petites filles à naître aient les mêmes droits que leurs frères. Le chemin est encore long et les embûches réelles.

Ainsi, cela n’est pas terminé et je sais déjà que je n’achèverai pas ce puzzle, parce que je n’en ai pas fini avec mes engagements, mes colères, mes rires, mes bonheurs et mes chagrins.

Comment l’achever lorsque l’on pense à toutes celles, ici ou là, qui n’en finissent pas de crier, ou de se taire, muselées ?

Christelle Angano.

   8 mars 2021

4 réponses
  1. Henri Girard
    Henri Girard dit :

    Magnifique texte ! Au passage, Christine de Pisan a longtemps résidé à Perthes, et le collège porte son nom.

    Répondre
    • angano
      angano dit :

      Cher Henri, merci pour ton retour. Je suis très touchée. J’aurais aimé travailler dans un collège Christine de Pisan (même si Clément Marot… c’est bien aussi).
      Oui, je suis heureuse que tu apprécies ma Femme-Puzzle.

      Répondre
  2. Aline
    Aline dit :

    Chère Chrystelle
    C est toujours un moment de plaisir et d émotion de lire tes textes . Je t ai découvert depuis peu et je te suis maintenant avec sincérité et curiosité. Je me souviens d un 8 mars à Caen…..
    Merci encore pour ce texte . Oui l histoire .les luttes des femmes ne sont pas hélas finies . A bientôt de te revoir . Aline

    Répondre
    • angano
      angano dit :

      Merci, chère Aline pour ce retour. Oui, comment ne pas être une « femme-puzzle » quand on regarde, que l’on écoute les cris du monde ? J’ai également le souvenir très précis de ce très beau 8 mars. A très bientôt, j’espère. Ce sera avec plaisir. Merci de me « suivre ».

      Répondre

Laisser un commentaire

Participez-vous à la discussion?
N'hésitez pas à contribuer!

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *