Le journal intime d’un arbre, incipit …

J’aime infiniment ce roman. Univers poétique autant qu’allégorique, Tristan m’émeut et il m’est toujours difficile de fermer le livre. peut-on pleurer pour un poirier ?

0 réponses

Laisser un commentaire

Participez-vous à la discussion?
N'hésitez pas à contribuer!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *