Le texte de Lucy

Lucy est une élève de 5°. Elle vient de lire Gulliver. La consigne était de décrire des objets de tous les jours « comme si on était des lilliputiens ». Voici son texte. je précise qu’il n’y avait aucune erreur (orthographe, conjugaison, grammaire… RIEN)

Bienvenue à toi Lucy sur ce site, tu es une vraie « écrivain en herbe »

À l’aube, comme chaque jour, j’emmenai mon troupeau de chèvres brouter l’herbe des plaines sauvages.  Je marchais, suivi de mes bêtes, et écoutais le tintement régulier des cloches autour de leur cou quand je vis au loin, quelque chose qui me troubla.

Je crus d’abord qu’il s’agissait d’un arbre déraciné mais j’écartai bien vite cette hypothèse en remarquant que le long bâton couché n’avait ni racines, ni branches, ni feuillage. De plus, aucun orage assez fort pour faire tomber un arbre n’avait éclaté depuis ma dernière visite.

Je délaissai donc mes animaux pour m’ approcher de ce long bâton couché au sol. Il était semblable à un mât, mais il était d’une couleur inhabituelle, de la teinte des écailles des sirènes, créatures qui hantent les contes et les rêves, un beau bleu, légèrement vert. Une de ses extrémités, taillée en pointe, avait quant à elle, la teinte des rochers qui parsemaient les prairies verdoyantes. L’autre bout paraissait avoir été conçu dans une autre matière, aussi blanche que la neige.Une partie métallique reliait le pieu géant et la boule de neige qui ne fondait pas. Je pus également décoder une inscription gravée dans l’étrange bout de bois lisse : « HB ».

Je vis plus loin une chose plus curieuse encore : une gigantesque planche translucide. Dessus étaient écrits les nombres de 1 à 20 en noir, accompagnés par de petits traits le long des bords les plus longs. Je constatai que, tous les 10 traits, il y en avait un plus grand. Au centre se trouvait une bosse qui permettait  de s’accrocher à l’engin. Je supposai qu’il s’agissait donc d’une sorte de luge, comme celles sur lesquelles les enfants dévalaient les pentes glacées en hiver. Huit garnements auraient pu aisément tenir dessus.

À travers le brouillard, je distinguai un mur qui se dressait sur une colline, au milieu de nulle part. Je vérifiai que mon troupeau mangeait tranquillement, et allai examiner l’étrange paroi. Elle était grise comme l’ardoise et lisse comme la surface de l’eau.Je n’avais encore jamais vu pareille roche. je fis le tour de la muraille et découvris de l’autre côté plein de petits cailloux aussi lisses que le reste de la « chose ». Les petits cailloux étaient verts mais portaient chacun une inscription différente, des chiffres pour certains et d’étranges symboles pour d’autres. Le haut du mur était recourbé et un rectangle y était creusé. Le rectangle brillait comme une bougie mais la lumière ne vacillait pas et je ne voyais aucune flamme qui pouvait en être la source.

Je respirai l’air frais de la plaine et m’adossai contre un des cailloux pour faire une sieste sous le soleil matinal. C’est alors que le caillou s’enfonça dans le mur et qu’un 3 apparut dans le mur. J’ouvris de grand yeux étonnés devant cet exploit. Une idée germa alors dans mon esprit. Je poussai cette fois le caillou avec une croix toute droite. Mais je fus très déçu de n’obtenir aucun résultat. Je retentai tout de même avec le caillou « 2 ». Je fus ravi de constater que le « 3 » s’était effacé pour laisser apparaître un « 2 ». J’appuyai, à la fois amusé et intrigué, sur le caillou où étaient tracées deux barres horizontales, l’une au-dessous de l’autre. Un « 5 » apparut sur le mur à la place du « 2 » et j’en fus très troublé. Je n’avais pas touché au caillou « 5 ». Il s’agissait alors sûrement de magie noire !Je m’écartai brusquement.

Si ces choses appartenaient au diable, alors mieux valait s’en aller. Et c’est ce que je fis ; je rassemblai mes chèvres et revins sur mes pas en faisant comme si de rien n’était, en sifflant sur le chemin une mélodie qui me calmait lorsque j’étais anxieux…

 

Lucy

3 réponses
  1. Henri Girard
    Henri Girard dit :

    Lucy,

    Ton texte m’a beaucoup intéressé tant il est bien écrit et très intrigant. Tu nous entraînes dans un surprenant tourbillon, plein d’invention, d’imagination. Tu en dis assez pour qu’on s’y retrouve, mais pas trop pour qu’on s’interroge également. C’est un peu comme un jeu de piste littéraire, énigmatique.
    Tu as parfaitement réussi ton pari !
    Je suis impressionné par ton jeune talent.
    À n’en pas douter, tu es douée pour l’écriture et je ne saurais trop t’encourager à persévérer.

    Henri

    Répondre
    • Lucy
      Lucy dit :

      Merci beaucoup messieurs. 😏
      Je ne risque pas de lâcher ma plume : elle est bien ancrée en moi. J’écris depuis que j’ai appris à lire. Et j’adore ça ! 😊
      Merci.

      Répondre
  2. Thierry Joumard des Achards
    Thierry Joumard des Achards dit :

    Bravo! Ayant un fils en 5ème, je ne peux qu’apprécier l’étendue de ton jeune talent. Tant sur le fond que sur la forme, c’est vraiment très bon.
    Ne lâche pas ta plume, elle devrait te mener loin!
    Au boulot! 😃👍🏼

    Répondre

Laisser un commentaire

Participez-vous à la discussion?
N'hésitez pas à contribuer!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *