Les fleurs du lac

Jeunes filles au marché, photos (collection personnelle) prise en Éthiopie dans les années 80.

C’est ainsi que je me représente Genet et Shoayé, petite fille pensive.

C’est à ce moment très précis que la petite Shoayé décida de rejoindre sa mère dans sa lutte. Et à chaque fois qu’elle s’entendait appelée par son surnom, à chaque regard intrusif, elle se redressait, et de toute la fierté dont elle se sentait capable et qui la portait, elle reprenait cette phrase, désormais devenue sienne : « Les fleurs ne sont pas faites pour être coupées. »

Les fleurs du lac, extrait.

0 réponses

Laisser un commentaire

Participez-vous à la discussion?
N'hésitez pas à contribuer!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *