Les fleurs du lac… on en parle…

C’est encore une bien jolie nouvelle que je viens partager avec vous. Je m’apprête à envoyer un exemplaire de mon roman au Docteur Morissanda Kouyaté, médecin et directeur exécutif du Comité inter-africain sur les pratiques traditionnelles.

Quelle émotion, une fois encore. Quelle fierté aussi.

Merci à Mathilde Palfroy des Éditions de La Rémanence de m’avoir fait confiance.

2 réponses
  1. Lucas Michel
    Lucas Michel dit :

    Les fleurs du Lac …

    De par cette photo de couverture de ce roman vérité , je me suis trouvé ,en tant homme … Comme ayant reçu une droite d’un boxeur . !! Me laissant groggy !!

    Difficile d’employer des mots durs comme «  » barbarie » » sur des traditions ancestrales d’un pays , la tradition veut que les petites filles Ethiopiennes soient excisées !! Oh là !! C’est quoi ce mot plein de maux ? Une guerre sans merci , de femmes , de mères ,de soeurs s »élevant contre cette coutume , oh combien dévastatrice ? Faut il la mort de la petite Moulou pour agir ??.. Des discussions ,enfin sous un arbre à Palabres près du lac ,de Yared et Aklilou homme sage ,chef de village … Des hommes qui se montrent dans ces histoires de femmes .. Ce mot dur « la lame  » suffit il ? Pour que l’on prenne conscience que cet héritage de mère en fille est très nocif pour le savoir être de chaque femme dans une vie amoureuse et génitrice ?
    Que de questions en parcourant les premières lignes de ce témoignage roman !!! Oui c’est vrai nous les hommes comparons par tendresse, les femmes à des fleurs … Oui c’est vrai , « Les fleurs ne sont pas faites pour être coupées  » c’est ainsi le combat de Mebrat de Shoayé ,colporté par la journaliste , » » Reine Pardon » » nom prédestiné, qui pourrait ouvrir les pages des » Fleurs du Lac » Merci Christelle Angano !

    Répondre

Laisser un commentaire

Participez-vous à la discussion?
N'hésitez pas à contribuer!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *