Mémoire de Babouchka

Nous nous sourions, un peu embarrassées. Es-tu prête ? Es-tu
certaine de vouloir te lancer dans cette aventure ? Nous nous
installons dans ta cuisine, sur la petite table. Prévoyante, tu as
préparé du café et des petits gâteaux. C’est fou ce que je vais
manger comme petits gâteaux pendant ces deux mois ! Avant de «
plonger », nous parlons de notre organisation. Je viendrai le matin
pour t’écouter, j’écrirai l’après-midi. Je sors de quoi écrire et même de quoi t’enregistrer, mais tu te
raidis à la vue du dictaphone. Tant pis, nous ferons sans. Voilà, je
suis prête. Une fois encore, tu t’excuses pour ton léger accent, un
accent de pierres qui roulent, cet accent que tu n’as jamais perdu.
Tu prends une grande aspiration et nous voilà embarquées dans
une bien belle aventure. Ton regard se fait lointain, l’émotion est
perceptible. Te revoilà petite fille dans une petite isba, à Zalouge.

0 réponses

Laisser un commentaire

Participez-vous à la discussion?
N'hésitez pas à contribuer!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *