Petite lettre aux mamans d' »enfants-dépakine » (et autres…)

…dont je fais partie.

Parmi tous les témoignages de parents que je lis, il en est un récurrent. Il concerne le sentiment de culpabilité qu’éprouvent les mères. Un  sentiment qui s’insinue dans leurs pensées, les envahit et finit par les ronger complètement.

« C’est de ma faute » ; « J’ai empoisonné mon enfant » ; « Je n’ai pas su protéger mon enfant »…

Bien sûr, j’ai réfléchi à tout cela.

Quand je pense à mes enfants, beaucoup d’émotions m’envahissent :

De la fierté, face au parcours de Mélina, jeune adulte, travailleuse en ESAT, forte, courageuse, certainement épanouie. Beaucoup d’amour mon mon fiston, qui a du supporter un appareil dentaire pendant de nombreuses années…

Un chagrin immense, incommensurable, vertigineux, … quand je pense à Juluan, mon enfant de la lune, comme je l’appelle.

J’éprouve une angoisse grandissante si je pense aux effets tératogènes du médicaments. Oui, les enfants de nos enfants sont potentiellement en danger, eux aussi…

Pour autant…

À aucun moment, je ne me suis sentie coupable. Ni responsable. Non.

Comme mes enfants, je suis une victime, certainement. Il ne faut pas tout confondre. Alors, je refuse ce discours culpabilisant que l’on nous sert parfois. « Mais vous n’avez pas été tentée de vous renseigner… ? » Eh bien non. J’ai fait confiance au médecin qui ne m’a posé aucune question et m’a laissée sous traitement.

Je ne parle pas de mon généraliste, qui a toute ma confiance. Non, mais plutôt du neurologue qui, à l’époque, ne m’a laissé aucun choix. Et qui a eu la délicatesse de se débarrasser de mon dossier, une fois parti à la retraite. Plus de trace…

Alors non. Ce n’est pas de ma faute. Je n’ai pas empoisonné mes enfants. Et je sais les protéger, parce que je sais me battre pour eux.

Bref, je suis une une bonne mère. Voilà ce que chacune d’entre nous doit se dire…

Je vous embrasse toutes.

Ah oui, un appel aux administrations… C’est déjà assez difficile… Ne serait-il pas possible d’essayer de nous simplifier un peu la vie… Ainsi, pour mon dossier « retraite », on me demande de retrouver toutes les notifications MDPH pour ma fille (24 ans tout de même !).

 

0 réponses

Laisser un commentaire

Participez-vous à la discussion?
N'hésitez pas à contribuer!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *