Pourquoi je n’aime pas

le terme de « par’ange »…

Cette expression est celle que certains emploient pour qualifier les parents qui portent le deuil d’un enfant. « Parent d’ange ».

Je n’aime pas ce « mot-valise ». Voici pourquoi.

Il est vrai que l’absence de terme rend notre deuil plus difficile et peut être plus douloureux aussi. Se dire que notre  souffrance, notre manque, notre chagrin n’a pas de mot… c’est un peu faire de nous autres, parents endeuillés, des extra terrestres. Et comment dire les maux, quand il n’y en a pas… de mot. J’ai évoqué ce manque dans mon ouvrage De Vous à Moi. Oui, qu’est-ce que je suis moi ?

Pour autant, je ne suis pas une par’ange. Non. Et voici pourquoi.

Le mot « ange » me gêne parce que trop connoté. Un ange est un envoyé de Dieu, intermédiaire entre lui et les hommes, une créature céleste. Je refuse cette connotation.

Il me semble, bien au contraire, qu’il serait nécessaire que tout parent – croyant ou pas – puisse se reconnaître dans un terme nécessairement plus sobre, plus neutre. Veuf (ve), orphelin(e) sont des termes neutres. Il n’apprennent rien de plus que la nature du deuil. Pas de religion là-dedans. Juste une réalité, la reconnaissance aussi d’un fait, aux yeux de la société, et d’une relation qui perdure, au-delà de l’absence.

 

0 réponses

Laisser un commentaire

Participez-vous à la discussion?
N'hésitez pas à contribuer!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *