Sous l’aile du Concombre, Henri Girard

Cadeau du samedi, c’est bien parce que c’est vous, vous qui visitez cette page et qui peut-être, reviendrez.

Un cadeau, coup de coeur ; je vais vous offrir l’incipit d’un roman que j’adore : Sous l’aile du Concombre, de mon ami Henri Girard. Il y a des livres dont on se dit, « j’aurais aimé l’écrire ». En voici un.

mais je laisse la parole à Henri :

« Ma grand-mère avait allumé un grand feu, et nous l’avions tous sauté ».

À quoi tient le sens d’une phrase ? Et  le sort d’une mamie ? En l’occurrence, à la terminaison d’un participe passé que l’auteur du roman que je lis n’a pas traitée par-dessus la jambe, préservant ainsi son aïeule ! Un simple, un petit, un minuscule « e », impertinent, irrespectueux, et voilà notre grand-mère, pourquoi pas de cuir gainée, pourquoi pas équipée d’un nunchaku, d’un fouet, pourquoi pas juchée sur des talons aiguilles, transformée en héroïne dévergondée d’un happening cochon.

Je suis content de ma trouvaille. À tel point que le rire me vient. Une crise de rire. Une vraie de vraie.

Je repose le livre en hoquetant, m’affale, la tête dans mon drap de bain, sur le carrelage de la piscine sous le regard ahuri de mes voisins de bronzette … / …  Je replonge dans mon rire. J’en ai mal au ventre. Luc et Lucie, à qui je lance des gestes d’impuissance en manière d’excuses, déguerpissent à toutes jambes. Pensent-ils que leur oncle est devenu fou ? vu la vitesse de leur fuite, c’est possible.

Henri, je te souhaite de republier ce roman succulent … Il le mérite ! Quand on pense à toutes celles et ceux qui ne l’ont pas lu !!

Moi, je l’ai !

 

J’ai écrit cet article il y a quelques mois … Et voilà, c’est officiel, très bientôt vous pourrez vous procurer La maison d’en face, réédition de ce merveilleux roman !

Quelle belle nouvelle !

0 réponses

Laisser un commentaire

Participez-vous à la discussion?
N'hésitez pas à contribuer!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *