Souvenirs de [sa] Syrie

Je vous ai déjà présenté Oussama Jaber. Vous pouvez d’ailleurs sur mon site écouter sa très belle plaidoirie « Nous parlons des droits de l’homme et je pense à la Syrie » présentée au Mémorial de Caen en 2011. Il avait 16 ans…

Aujourd’hui, il nous reparle de cette Syrie qu’il aime tant, et de ses enfants. Continue Oussama. Tout ceci ne peut être vain. Je me permets de t’embrasser, moi qui te suis depuis 5 ans maintenant.

C’est en voyant tous ces petits sourires, joyeux, tristes, souffrants, parfois insouciants, parfois accusateurs, souvent trop matures, que je trouve en moi de quoi continuer. Parce que, somme toute, s’il y a un avenir, c’est bien pour eux, et par eux qu’il existe. C’est dans ces enfants que le futur survit. C’est dans la vie qui coule dans leurs veines. Cette vie que tant ont perdu, qui a été si souvent, si aisément versée.

Alors, petite fille, je me plonge dans ton regard. Alors petit garçon, je te promets de continuer. Ça va aller mes petits. Un monde nouveau naîtra des ruines et des cendres de l’ancien. Pour vous, avec vous, on se construira de nouvelles maisons, de nouvelles villes, et tant de nouveaux souvenirs. Et les rues que nous aurons construites après avoir déblayé tous ces remblais qu’il y a dans nos cœurs n’en seront que plus belles. Le soleil qui coulera à travers nos fenêtres ouvertes n’en sera que plus éclatant. Et le vent et la lumière. Et les rires et les pleurs des petits enfants. Les cris ne seront plus que les cris de vos jeux. Finiront un jour les cris de souffrance. Disparaîtront un jour les cris noirs, les cris déchirés, vermeils de douleur. Le soleil ne sera plus rouge de leur couleur.

C’est en voyant tous ces petits sourires, fatigués, heureux, reposés, parfois soucieux, parfois accueillants, souvent plein d’espoirs, que je trouve en moi la force de continuer à chercher le chemin du bonheur.

13528338_1200142593353911_3275920755968444615_o

0 réponses

Laisser un commentaire

Participez-vous à la discussion?
N'hésitez pas à contribuer!

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *