Articles

La ballade des Fleurs du lac

Je remercie Karine Langlois et Roger Raynal pour ces très belles photos. La ballade des Fleurs du lac, très… poétique.

Photos prises à Cambremer et à Honfleur.

Une tendresse particulière pour la jetée de Honfleur que j’aime tant. mais ceci est une autre histoire.

Cette jetée, vous pouvez bien sûr la retrouver dans mon roman Le cabanon jaune, et même dans La Sonate et la dame de Fécamp !

C’est vous dire si je l’aime !

[slideshow_deploy id=’13612′]

Clin d’œil

Agnès est une copine. Précieuse. Belle plume, belle personne…

Allez à sa rencontre, vous ne serez pas déçus…

Coup de cœur en bleu « Bergère d’Azur »

Cette fort belle toile, découverte hier sur FB.

Quelques renseignements, une rencontre ce matin et voilà.. J’ai craqué.

Et une rencontre avec une artiste que je reverrai certainement, Michèle Verot. Je vous la présenterai bientôt. En attendant, n’hésitez pas à aller à sa rencontre aux Jardifoliz, à Courseulles sur mer, les 25 et 26 mai prochains.

Bref, une belle journée

 

 

Cri

Envie de partager avec vous ce cri du cœur, du corps, de l’âme… Bienvenue à Aline sur ce site.

 

NON, NON, il n’y a pas que les coups au corps qui blessent !

J’en connais de bien plus sournois, cachés dans des regards,

De petites phrases assassines et même des sourires de sous-entendus

Qui à la longue, tuent.

 

Ne laissez Rien au silence !

 

Ni la première gifle,

La main posée sur votre taille,

Ni le baiser que l’on ne veut pas,

Les insultes cybernétiques,

Ni les cris, avant la violence.

 

Ne laissez Rien au silence !

 

NON, NON, il n’y a pas que les coups au corps qui blessent !

Aline pour Nous Toutes 14

Albert Camus, Lettre à son instituteur

19 novembre 1957

Cher Monsieur Germain,

J’ai laissé s’éteindre un peu le bruit qui m’a entouré tous ces jours-ci avant de venir vous parler un peu de tout mon cœur. On vient de me faire un bien trop grand honneur, que je n’ai ni recherché ni sollicité. Mais quand j’ai appris la nouvelle, ma première pensée, après ma mère, a été pour vous. Sans vous, sans cette main affectueuse que vous avez tendue au petit enfant pauvre que j’étais, sans votre enseignement, et votre exemple, rien de tout cela ne serait arrivé. Je ne me fais pas un monde de cette sorte d’honneur mais celui-là est du moins une occasion pour vous dire ce que vous avez été, et êtes toujours pour moi, et pour vous assurer que vos efforts, votre travail et le cœur généreux que vous y mettiez sont toujours vivants chez un de vos petits écoliers qui, malgré l’âge, n’a pas cessé d’être votre reconnaissant élève.

Je vous embrasse, de toutes mes forces.
Albert Camus

Hommage,

Un témoignage édifiant…

« Se moquer du désespoir »… je retiens la formule

 

Doc – 39-45 : la guerre des enfants

Mondialement célèbre pour ses livres pour enfants, il a pourtant subi l'endoctrinement nazi et un lavage de cerveau pendant son enfance. 80 ans après, le dessinateur Tomi Ungerer témoigne.

Geplaatst door France 3 op Vrijdag 11 mei 2018

Les oreilles de Zaccharie

Quel bonheur à lire ! On s’y croirait ! Merci Zaccharie !

Blessant : Si j’avais des oreilles décollées,

Il faudrait sur le champ que je les collasse !

Chaleureux : Puis-je visiter votre palace ?

Moqueur : On pourrait vous confondre avec Mickey !

Connaissez-vous ce personnage de Walt Disney ?

Météo : Vous avez de quoi être content

Avec ces parapluies en cas de mauvais temps !

Gracieux : Aimez-vous à ce point les éléphants

Que vous parvenez à leur ressembler autant…

Physique : Du lobe au pavillon, jusques aux tympans

Tous ces sons doivent être si assourdissants !

Gastronomie : Dans ces gigantesques assiettes,

Dégustons-nous la soupe , Monsieur, ou la raclette ?

Clown : Prévoyez-vous de vous lancer dans le cirque ?

Indéniablement, vous ravirez votre public !

En été : Le soleil doit vous apprécier

Avec de si grandes surfaces à éclairer !

Architecte : Vertigineux : Ces deux bâtiments !

Aviation : Décollage imminent !