Articles

L’année 2019 et Les Fleurs du lac

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Camus, invité de Au bout de ma plume…

« Au milieu de l’hiver, j’apprenais enfin qu’il y avait en moi un été invincible ».

 

Albert Camus, Retour à Tipasa (in L’Eté, 1954)

La danse des arbres

Plus qu’une danse, je vois là une respiration, un grand souffle d’air. J’avais déjà vu cette vidéo « passer » sur les réseaux, il y a quelques semaines. Je suis heureuse de la retrouver et de la partager avec vous. La regarder, caler sa propre respiration à celle des grands arbres a quelque chose que je qualifierais d’apaisant. Toute cette énergie m’aide à me ressourcer. Alors, je partage.

Premier invité de 2020

Merci monsieur Chaunu pour ce dessin qui va rejoindre très vite ma salle de classe 🙂

Passage de relais

Je l’aime bien cette jeune fille…

Cet échange me rappelle  ce beau proverbe Indien, plein de sagesse : « La Terre n’est pas un cadeau de nos parents, ce sont nos enfants qui nous la prêtent »…
Passage de relais…

C’est curieux comme le monde « adulte » reproche aux plus jeunes leur inertie (« tu ne feras rien de ta vie… etc… etc…) mais ne supporte pas qu’une toute jeune fille décide de réagir… Et d’appuyer là où ça fait mal.

Quant aux propos qui touchent à sa personnalité… Ils sont simplement indignes !

À écouter…

Il me semblait intéressant de faire ce partage. Évidemment, il y a une certaine logique, si l’on considère mon « engagement » aux côtés du GAMS, mais il ne s’agit pas que de cela.

Il y a tant d’idées préconçues en ce qui concerne la sexualité, et notamment, la sexualité féminine. Cette petite vidéo est assez efficace pour les mettre à bas.

Elle est donc, à mon avis, nécessaire.

 

 

 

Subduction- Rencontre avec Valentin Buhour et Nathan Chapuis

À l’occasion de la Journée consacrée aux violences à laquelle j’étais invitée par Nous Toutes 14, j’ai rencontré Valentin et Nathan. Cette rencontre m’a touchée. Nous avons parlé harcèlement. Bien sûr, l’école, en tant que « micro société » est un lieu qui peut être violent. C’est une réalité qui m’est insupportable. Mère, enseignante, j’ai eu maintes fois l’occasion de me confronter à cette violence. Parfois j’ai pu aider, d’autres fois non. Et cette idée de n’avoir peut-être pas vu me rend malade.

C’est pour cela que je suis fière d’accueillir Valentin et Nathan sur ce site. Et de vous présenter Subduction, leur travail.

 

Table ronde…

Ce fut un bien joli moment. Tellement émouvant pour moi. Comme la concrétisation d’une volonté, celle de rejoindre une cause et peut-être de me sentir « légitime ». Cette soirée-débat, table ronde autour des combats des femmes africaine fut un moment réellement extraordinaire. J’ai eu le bonheur de rencontrer des femmes admirables : Jacqueline Madeline, gynéco-obstréticienne retraitée, Présidente de l’Association Welcom Normandie, Adèle Marie-Claire, responsable de Femmes Inter Associations Normandie et enfin Nafissatou Fall, la directrice du Groupe pour l’Abolition des Mutilations Sexuelles (le GAMS). Trois femmes extraordinaires. Je les embrasse chaleureusement.

Nafissatou et moi étions en contact depuis quelques années et son regard sur Les fleurs du lac était très important pour moi. Nafissatou est une femme extraordinaire. Et une vraie rencontre. Je repense à mon amie Géraldine, à notre discussion, il y a quelques années de cela. Voilà Géraldine, nous avons « réussi ». Et merci de participer à cela en faisant lire ce roman à tes élèves. C’est extraordinaire et ô combien bouleversant ! Parce que nous ne le dirons jamais assez :  » les fleurs ne sont pas faites pour être coupées !  »

  

Enfin, c’est avec émotion que j’ai appris que Les fleurs du lac accompagnait le GAMS dans ses actions de prévention. J’en suis très fière.

 

Cher Henri…

 

Je ne peux m’empêcher de partager sur mon site ce si beau texte écrit de ta main. Un soupçon de mélancolie peut-être, mais toujours autant d’humour qui l’affute et puis, surtout, cette écriture que j’aime tant.

Cher Henri, je te souhaite un bel anniversaire. Et je t’embrasse.

À bientôt l’ami.

 

La ballade des Fleurs du lac

Je remercie Karine Langlois et Roger Raynal pour ces très belles photos. La ballade des Fleurs du lac, très… poétique.

Photos prises à Cambremer et à Honfleur.

Une tendresse particulière pour la jetée de Honfleur que j’aime tant. mais ceci est une autre histoire.

Cette jetée, vous pouvez bien sûr la retrouver dans mon roman Le cabanon jaune, et même dans La Sonate et la dame de Fécamp !

C’est vous dire si je l’aime !

[slideshow_deploy id=’13612′]