Articles

Chère Corinne,

On parle beaucoup de tes fesses en ce moment…

Peut-être pour ne pas voir la colère, le désespoir qui t’ont amenée  à nous les montrer…

Sûrement, même.

L’indécence n’était pas là où on voudrait qu’elle soit.

Non.

Je n’ai pas été choquée par tes fesses. Ce qui me fait mal, c’est comment la société fout l’art et les artistes, à genoux… à… poil.

Ce qui me fait mal, c’est que l’on ait été obligé de se battre pour que les librairies soient reconnues comme commerces essentiels.

Ce qui me fait mal, c’est le cinéma qui reste fermé…

Alors oui, tu t’es désapée, pour dénoncer tout cela. Pour soutenir les intermittents aussi. Et je t’en remercie.

Ta façon à toi de crier stop, de crier gare. Et j’ai aimé ton cri. Il m’a moins choquée que le silence et les sourires entendus du public, que la violence de ceux qui se déchaînent contre toi en ce moment, que le mépris que je lis ça-et-là. .

C’est drôle, ce refus de comprendre que tu ne t’es pas tapé un délire exhibitionniste. C’est la société qui t’a mise à poil… Mais ça, c’est plus difficile à admettre.

Voilà Corinne, merci pour ta colère. Elle est la preuve que l’art est encore… vivant.

 

Art en souffrance…

Il me fallait partager cette magnifique photo, œuvre de l’artiste, la photographe Audrey Pasquet.

J’aime le talent quand il s’engage. Et Audrey n’hésite pas à le faire.

Vous pouvez découvrir le travail d’Audrey sur sa page FB et  en cliquant ici : https://audreypasquetphotography.wordpress.com/exposition/

Coup de cœur,

parce que… ça suffit les conneries !

 

ma lecture du moment…

Je découvre la plume de Marie-Jo Bonnet, je dois le dire, avec beaucoup de plaisir. Et dès les premières pages, elle m’a emportée. Oui, cet ouvrage, que je n’ai pas encore terminé, est passionnant.

Je vous en reparlerai.

C’est certain.

Une sortie de longe-côte

C’est ça… Ce matin, sortie de longe-côte. Entrée dans l’eau à 10h. Alors, c’est vrai. Il faut se lever. Parfois, surtout l’hiver, quand il ne fait ni beau, ni chaud, il faut même se motiver. Et puis… à chaque fois, la magie opère. Pour citer une de nos longeuses, le longe-côte « ce n’est pas jamais […]

Encore une de finie…

Les grandes vacances sont là.

Une fin d’année étrange, mélange de soulagement mais aussi de frustration. Soulagement parce que, et quoi qu’on en dise, cette année a été difficile, stressante. Même si, je l’ai déjà dit, l’expérience « cours en distanciel » (c’est comme ça qu’il faut dire, il paraît) a été intéressante. Découverte de nouveaux supports, un rapport aux élèves qui évolue aussi.

Mais une énorme frustration.

Il y a les élèves que e n’ai pas pu aider, accompagner. Et je n’aime pas ça. Quelque chose qui ressemble un peu à un enseignement « à deux vitesses », les hyperconnectés, avec leur matériel, leur espace… et ceux qui n’ont pas accès à cette technologie. Et qui forcément sont défavorisés.

Il y a enfin les projets que l’on n’a pas pu mener à terme, comme autant de jolis moments avortés. Le Sport Adapté, pourtant préparé toute l’année, la venue d’un auteur ami, le bonheur de dire la tirade des non merci, ou celle du nez…

Toutes ces choses que nous n’avons pas pu faire ensemble.

Alors, chers élèves, vous que je ne retrouverai peut-être pas à la rentrée, sachez que j’ai passé une belle année avec vous, et que je n’oublierai pas vos sourires… d’avant les masques.

Passez de bonnes vacances

projecteurs sur une association : OSYS

 

 

 

Il y a quelques semaines j’ai rencontré une association extraordinaire.  OSYS. Cette association vient en aide aux femmes victimes de violences conjugales.

OSYS, ça veut dire : « oui systématique ».  Ce « oui systématique » qui va permettre aux femmes d’être prises en charge IMMÉDIATEMENT. OUI à un hébergement sécurisé, si indispensable lorsque l’on doit fuir. Tant de femmes se voient obligées de rentrer chez elles, près de leur bourreau, faute d’endroit où se réfugier. C’est une réalité ; elle est insupportable.

Pour en savoir plus : https://actu.fr/normandie/bayeux_14047/bayeux-lutte-contre-violences-conjugales-ont-cree-osys-dispositif-dalerte_28901468.html

Merci donc, un immense merci, mille immenses mercis, au Foyer Jacques Cornu, qui, à Bayeux, a permis la mise en place de ce système, qui va permettre aux femmes de se protéger d’abord, de se « poser » ensuite et de se reconstruire, 3 étapes essentielles.

Pour résumer, OSYS, c’est un réseau de partenaires, un « kit », de la discrétion, une aide immédiate.

Dispositif à l’échelle du Bessin, OSYS  a pour vocation de s’étendre.

Au 8 juin, 40 femmes étaient mortes, tuées par leur conjoint ou leur ex-conjoint. 40 !

En 2019, nous avons déploré 151 féminicides. L’urgence est réelle.

Bravo donc et merci.

 

Lire la suite

Cadavre exquis

Merci, je suis très fière ! En plus, Henri Girard est avec moi…

A noter Droit devant toi est maintenant publier à La Rémanence…

Hommage

Une fois encore un très beau dessin de Chaunu… je pense que Bedos l’aurait aimé…