Articles

À domicile…

Merci à la librairie Place 26, à Douvres,  de m’accueillir samedi prochain.

N’hésitez pas à venir nous rendre visite. Vous découvrirez un bel endroit, vous serez accueillis chaleureusement et… le chocolat est divin !

Les livres sont bien aussi ! Si, si…

Carole

Il y a quelques jours, je vous ai proposé mon texte « Le meilleur ami de la femme ». Un des textes les plus sombres que j’aie pu écrire. Alors, parce que je veux croire à la lumière et aux jours meilleurs, j’ai eu envie de sauver Carole. La magie de l’écriture…

Voici donc une nouvelle histoire de Carole et Marc…

 

Elle revient de loin Carole. La veille, alors que Paul et Sylvie venaient de se coucher, ils avaient entendu frapper à leur porte. C’est là qu’ils avaient trouvé leur amie, effondrée sur le seuil. À moitié évanouie, le nez en sang, une poignée de cheveux arrachés, la chemise déchirée, la marraine de Marie gémissait douloureusement. Bouleversés, ils l’avaient aidée à se relever et l’avaient installée sur le canapé confortable, dans leur salon aux tentures chaudes et protectrices. Sylvie, en manipulant son amie, avait alors découvert avec stupéfaction d’anciennes traces d’hématomes qui marbraient encore son dos. Comment était-ce possible ? Qui l’avait ainsi agressée ? Marc était-il au courant ? Fallait-il l’appeler ? Il viendrait la chercher… Mais Carole avait retenu le bras de son amie, le regard empli de terreur. Non… pas Marc !

C’est alors que Sylvie avait compris… Marc… Comment était-ce possible…Marc était leur ami depuis tant d’années. Paul et lui s’étaient rencontrés sur les bancs de la FAC de droit. C’était un étudiant rieur, un peu fêtard, qui avait tout pour séduire. Ensemble ils avaient fait les 400 coups. Paul avait présenté Carole à Marc. Carole avait présenté Sylvie à Paul. Les deux couples étaient proches et c’est tout naturellement que l’on leur avait demandé d’être les parrain et marraine de Marie.

_ Que s’est-il passé ? Attends, je vais m’occuper de toi. Tu me raconteras après. Et nous irons aux urgences. Et enfin, tu vas porter plainte. Nous allons venir avec toi. Paul laisse-nous, tu veux bien… tu pourrais faire du thé, avec du miel. S’il te plait.

Alors, avec mille précautions, elle avait nettoyé le visage de son amie. C’est en essuyant ses larmes et le sang qu’elle découvrit, sous la couche de fond de teint, les anciennes ecchymoses que la pauvre Carole avait pris l’habitude de dissimuler.

_ Carole… Mais depuis combien de temps cela dure-t-il ? Pourquoi… Pourquoi ne nous avoir rien dit ?

_ Vous ne m’auriez pas crue… Vous aimez Marc, il est votre ami. Et… il est mon mari. Laisse-moi maintenant, je vais mieux. Je vais rentrer. Il faut que je rentre. Je n’aurais pas dû venir.

_ Tu ne vas aller nulle part Carole. Je ne peux pas te laisser partir. Nous ne pouvons pas porter ce secret avec toi. Tu le sais. Et Marc ne restera pas impuni. Le Marc que nous aimions n’était pas un homme violent. Nous ne pouvons aimer celui qui te fait subir cela. Alors non, nous n’aimons plus Marc et toi, tu as besoin de nous. Tu es venue, tu as fait le plus dur. Mais n’aie pas peur, tu n’es plus seule. Nous sommes là. Tu as eu raison de venir. Nous allons nous occuper de toi. Si tu repars chez toi, tu mourras. Peut-être pas ce soir, peut-être pas demain, mais il risque de te tuer. Et nous ne le laisserons pas faire.

Lire la suite

Le meilleur ami de la femme

Ma dernière nouvelle « Le meilleur ami de la femme » est en lice sur Shortédition  N’hésitez pas à aller le découvrir et qui sait, s’il vous « convainc » à voter pour lui (enfin, pour moi)… Merci…

https://short-edition.com/fr/oeuvre/nouvelles/le-meilleur-ami-de-la-femme?fbclid=IwAR0QT3DPPReI2sA-BxWrA7l6MhRzHoUr2rWW0cJ-KSvw492v2M-koXq_iRM

À propos…

Bonjour chers abonnés, lecteurs…

Cela va faire six mois que Les fleurs du lac fait son petit bonhomme de chemin. Six mois déjà. Et je dois vous dire combien je suis émue par vos retours.

Texte volontairement court, thème certes difficile, je m’interrogeais beaucoup quant à l’accueil qui serait réservé à ce roman.

Et me voici donc rassurée.

Et je vous remercie.

Pour tout.

Je vais maintenant pouvoir me consacrer à d’autres personnages… qui m’attendent.

 

Alençon…

 

Bonjour à toutes et à tous,

Je me vois dans l’obligation d’annuler ma participation au salon d’Alençon et j’en suis vraiment désolée… Ce salon me tient à cœur et est toujours synonyme de retrouvailles, et de rencontres aussi.

Ce n’est que partie remise…

L’année prochaine, j’espère.

J’embrasse toute l’équipe.

 

Livres-écrins…

Je remercie mes amis artistes qui par leur talent, et leur générosité aussi, m’ont permis de vous présenter d’aussi jolis ouvrages. Arno Jusiewicz (Une sonate et la Dame de Fécamp, et Itinerrances), Philippe Morel(Les fleurs du lac), Marianne Monnoye-Termeer (De Vous à Moi) et bien sûr, l’auteur Olivier Bass pour la photo qui illustre Le cabanon jaune. Merci de contribuer à ce que cette aventure continue d’être si belle.

Duodicaces…

 

Merci à la librairie Plein Ciel à Caen, qui a la gentillesse de nous accueillir, mon complice Henri Girard et moi,  le  samedi 25 mai prochain. Henri vous présentera, entre autre,  Jubilé !, à paraître aux éditions In Octavo ; quant à moi, je serai là avec Les fleurs du lac, mais pas seulement.

Bref, nous serons là tous les deux, et on va bien s’amuser. De votre côté, n’hésitez pas à passer car vous le savez :

« Plus on est de fous, plus on lit ! »