Articles

Un certain 8 mars…

8 mars, publication Les Fleurs du lac. Avec Nous Toutes 14

                                                                                                 8 mars 2019, les Fleurs du lac et Noutes 14

 

Petit clin d’œil de bienvenue à mes nouvelles abonnées…

 

Violence

La violence est là, à l’affut…

 

Elle sommeille dans le poing fermé aux jointures blanchies, dans la mâchoire qui se crispe, le regard qui foudroie. Elle se réveille dans le bras qui se tend, dans la gifle qui retentit, sonore et puissante, dans le coup de poing lourd et sourd. Dans ce corps que l’on violente, que l’on viole. La violence est partout où une femme pleure, meurt parfois.

 

Elle guette dans les mots qui insultent, ceux qui brisent, qui traumatisent. Elle est là, sous la main de cette femme qui n’a d’autre argument que sa force,  ce désir de faire mal. Elle est là dans le verre bu, celui de trop ;  dans ce verre, projectile improvisé. Il s’écrase sur le mur, ou parfois dans le visage de celui qui est là, au mauvais endroit, au mauvais moment.

Elle est dans la honte de celui qui n’ose parler de cette femme qui le bat, qui le blesse ; dans la honte de l’enfant qui aimerait aimer celle qui le maltraite, cet enfant qui tente pourtant de protéger cette mère aux mots et aux poings durs et cinglants.

 

Vous la rencontrerez parfois au fond des yeux de cet adolescent, qui, une fois chez lui, se transformera en véritable tyran.  Dans quelques minutes, il insultera ses parents, les frappera, de ses poings, de ses pieds. Cet enfant que l’on voudrait aimer, parce que c’est le sien mais qui n’a d’aimable en fait, que ce grand regard… faussement innocent.

Et toujours cette honte…

Avoir failli… se sentir responsable. Cacher les traces de coups, les bleus à l’âme, miroirs de ce qui nous apparaît comme nos échecs.

 

La violence est partout. Elle est aussi chez nous, lorsque nous refusons de voir, de comprendre, d’entendre. Parce que « cela ne nous regarde pas », parce que « ce n’est pas notre histoire ». Nous nous bouchons les oreilles, nous voilons les yeux et la face. Peur, fatigue, indifférence ? La violence est là aussi dans ce que NOUS ne faisons pas.

Christelle Angano pour Nous Toutes 14