Une rencontre singulière…

Bruno était un beau quadragénaire, teint mat, yeux bleus. Il avait tout, de l’argent, une belle situation, du succès, une jolie maison et une belle voiture. D’ailleurs, il était bloqué dans un embouteillage ! Il attendait en tapotant le volant, pensait à sa vie terne et sans intérêt.

Enfin une place pour se garer ! L’automobiliste aperçut un adolescent aux cheveux bruns, vêtu d’un pantalon noir, et d’un simple pull. Il l’avait déjà vu roder autour de son immeuble, mais ne s’en était pas inquiété.

 

Le lendemain matin, Bruno se prépara pour aller courir, comme tous les samedis matin dans le parc. Les oiseaux chantaient, annonçant ainsi une journée ensoleillée. Assis sur un banc, le même adolescent qui le fixait étrangement.

 

Mais aujourd’hui, pour une raison inconnue, Bruno alla le voir.

 

— Bonjour, comment t’appelles-tu ?

Le garçon lui répondit avec une petite voix timide :

— Paul…

— Moi c’est Bruno, reprit-il en lui tendant la main. Que fais-tu tout seul ? Je te vois souvent dans les parages.

 

Paul ouvrit la bouche, mais aucun son n’en sortit. La Gui-gui venait d’ouvrir et Bruno proposa une glace à l’adolescent. Curieusement ce dernier le suivit, l’air confiant. Quelques instants plus tard, ils étaient assis sur la pelouse du square, bavardant et faisant connaissance. Les premiers rires se firent bientôt entendre. Dix-sept heures, il était temps pour Paul de partir. Bruno ressentit un vide étrange. Il commençait à s’attacher à l’adolescent et prit conscience qu’il voulait une famille. Mais, il avait toujours privilégié son travail d’avocat.

 

Les jours passèrent ; pour Bruno, Paul était un peu le fils qu’il n’avait jamais eu.

 

Un matin, on sonna à sa porte. Bruno ouvrit et aussitôt Paul, tout sourire, lui annonça :

 

— Je suis ton fils, que tu as eu il y a quatorze ans.

 

Bruno se réveilla en sueur, le visage pâle, le cœur battant à cent à l’heure. Il regarda autour de lui, effaré. Il était bel et bien dans sa chambre.

 

Alors ce n’était qu’un rêve ?

 

Les regrets sont capables de nous faire rêver.

 

Tom, Sarah, Océane, Kévin.

classe 4°

1 réponse

Laisser un commentaire

Participez-vous à la discussion?
N'hésitez pas à contribuer!

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *