C’est ça…

Ce matin, sortie de longe-côte. Entrée dans l’eau à 10h.

Alors, c’est vrai. Il faut se lever. Parfois, surtout l’hiver, quand il ne fait ni beau, ni chaud, il faut même se motiver.

Et puis… à chaque fois, la magie opère. Pour citer une de nos longeuses, le longe-côte « ce n’est pas jamais pareil »… Et c’est vrai. Question de lumière, de courant, de vagues… Il y a l’iode, l’odeur des algues, les mouettes, parfois un phoque, quelques poissons et, (j’aime beaucoup moins, quelques méduses, parfois). Et cette conscience acérée d’évoluer dans un monde vivant, qui respire, qui nous accepte, qui nous tolère ; mais il ne faut pas s’y tromper, nous sommes les invités… pas les « propriétaires ». Il nous faut rester humbles et ne pas oublier que la mer peut se montrer hostile pour peu que l’on oublie les règles de base.

Oui, le longe-côte est une respiration. Une inspiration aussi. Une communion, toujours. Avec les éléments et aussi, avec les autres longeurs. En effet, parce-que, longer, c’est être ensemble,  se relayer, se surveiller, se…protéger aussi. C’est… partager. Partager l’effort, les rires, le goût du sport, du dépassement de soi, ou simplement, parfois, partager un moment de bonheur, celui de se détendre, en se promenant, d’apprécier le paysage, toujours magnifique.

Le longe-côte, c’est tout ça…

Ce diaporama nécessite JavaScript.